Coronavirus : pour Nicolas Hulot, "cette crise sanitaire peut être transformée en crise salutaire"

Nicolas Hulot sur France Inter, le 28 août 2018.
Nicolas Hulot sur France Inter, le 28 août 2018. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

L'ancien ministre de la Transition écologique, invité de France Inter, mercredi 6 mai, appelle à un "nouveau monde", rendu urgent par une "crise de civilisation", mise en lumière par l'épidémie de Covis-19. 

"Cette crise sanitaire peut être transformée en crise salutaire", estime ce mercredi 6 mai sur France Inter Nicolas Hulot. L'ancien ministre de la Transition écologique publie un manifeste pour "un nouveau monde" sur France Inter, en partenariat avec le journal Le Monde et Brut. "Nous avons un devoir d'urgence humanitaire, sociale", et "une deuxième responsabilité" : "Nous sommes dans une profonde crise de civilisation", explique-t-il.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

La crise que nous venons de traverser (...) est l'avatar d'une crise beaucoup plus profonde que nous efforçons de minimiser depuis trop longtemps.Nicolas Hulotà France Inter

"Nous arrivons au bout d'un système et nous venons d'être confrontés très brutalement à notre vulnérabilité, à notre interdépendance, à notre excès", estime Nicolas Hulot. "On vient de se prendre une gigantesque claque et croyez-moi, si on n'en tire pas des leçons, on va s'en prendre d'autres. Et à un moment ou un autre, le tribut sera excessivement lourd", lance l'ancien ministre, "imaginez si cette crise avait eu lieu pendant une période de canicule".

L'occasion d'un changement de modèle

Nicolas Hulot plaide pour un monde "où on va passer du libre-échange à un juste échange", une "troisième voie" entre protectionnisme et néolibéralisme. "On ne va pas cesser de commercer. On ne va pas cesser d'échanger", assure-t-il, mais "il va falloir relocaliser des chaînes de valeur entières et on ne va pas commercer à l'identique. On va arrêter d'avoir des produits qui arrivent en 24 heures du bout du monde avec les impacts écologiques et climatiques que l'on connaît".

Il appelle à "prendre date probablement à l'automne et tous ensemble", "pas simplement les politiques". "Il faut sortir des confrontations stériles", lance l'ancien ministre du gouvernement d'Édouard Philippe. "On n'y arrivera pas les uns sans les autres", souligne le président d'honneur de la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme : "Si demain, au sortir du confinement, les esprits procureurs l'emportent sur les esprits éclairés, on ira dans le mur".

Vous êtes à nouveau en ligne