Coronavirus : pas de masques supplémentaires pour les forces de l'ordre après une réunion, les syndicats mécontents

Une policière contrôle une femme durant le confinement à Montbrison (Loire), le 21 mars 2020. Photo d\'illustration.
Une policière contrôle une femme durant le confinement à Montbrison (Loire), le 21 mars 2020. Photo d'illustration. (REMY PERRIN / MAXPPP)

Après une réunion entre les syndicats de policiers et le ministère de l’Intérieur pour aborder la question des moyens de protection des forces de l’ordre, aucune annonce n'a été faite. Les syndicats espéraient plus de la part du gouvernement.

La réunion en visioconférence lundi 23 mars entre les syndicats de policiers et le ministère de l’Intérieur pour aborder la question des moyens de protection des forces de l’ordre, qui doivent faire respecter le confinement en pleine pandémie de coronavirus Covid-19, s’est terminée sans annonce particulière. Les syndicats ont fait part de leur mécontentement.

>> Suivez l'évolution de l'épidémie du coronavirus dans notre direct

Le directeur général de la santé, Pr Jérôme Salomon, a participé à cette réunion pour tenter de rassurer les policiers, qui exigent des masques pour assurer leurs missions. Mais toujours pas d'annonce de masques supplémentaires. Du côté du ministère de I'Intérieur, on expliquait avant la visioconférence qu'il s'agissait en fait d'une réunion à vocation pédagogique et explicative pour répondre aux interrogations.

Les syndicats de police insatisfaits

Mais ce n'est pas suffisant pour les syndicats de policiers qui attendaient plus de la part du gouvernement : "On va bientôt arriver à une dizaine de milliers de collègues qui vont être en confinement, c'est-à-dire presque 10% de la population police", affirme Fabien Vanhemelryck, le secrétaire général du syndicat Alliance au micro de franceinfo. "Si on continue dans ce sens-là, bientôt, on va monter à 20, 30, 40 % de collègues confinés, voire de collègues pour certains contaminés", s'alarme le syndicaliste.

S'il n’y a plus de forces de l'ordre sur la voie publique, comment allons-nous pouvoir mettre en place et comment allons-nous pouvoir faire respecter ce confinement ?Fabien Vanhemelryckà franceinfo

Pour Philippe Capon, secrétaire général Unsa Police, les moyens de protection sont indispensables pour faire appliquer le confinement. "Rien que pour la journée d’hier, il y a eu plus de 20 000 verbalisations. On a besoin des forces de l'ordre, pour faire appliquer cette mesure et ce caractère d'urgence au niveau sanitaire. On réclame toujours que les collègues puissent avoir les moyens de protection qui sont indispensables à leurs interventions", a-t-il affirmé.

Vous êtes à nouveau en ligne