Coronavirus : Paris annule la Fashion Week masculine et la haute couture prévues en juin-juillet

Défilé automne-hiver 2020-21 du créateur japonais Yohji Yamamoto lors de la Fashion Week masculine, le 16 janvier 2020 à Paris. 
Défilé automne-hiver 2020-21 du créateur japonais Yohji Yamamoto lors de la Fashion Week masculine, le 16 janvier 2020 à Paris.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

L'heure n'étant plus à la mode, les géants du luxe LVMH et Kering ont annoncé ces derniers jours qu'ils allaient produire masques, blouses et gel hydroalcooliques.

La semaine parisienne du prêt-à-porter masculine prévue du 23 au 28 juin et celle de la haute couture du 5 au 9 juillet 2020 ont été annulées en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé le 27 mars  la Fédération de la haute couture et de la mode.

>> Suivez les dernières actualités sur le coronavirus dans notre direct

La Fédération estime que "les conditions ne sont pas réunies pour permettre le déroulement" des deux évènements face à "la progression de l'épidémie de Covid-19 qui est en train de gagner l'ensemble du monde", indique-t-elle dans un communiqué. Cette décision est prise afin de "protéger nos maisons, leurs collaborateurs et tous ceux qui travaillent dans notre industrie", souligne la Fédération tout en ajoutant travailler "sur la possibilité de projets alternatifs".

Les géants de la mode fabriquent masques, blouses et gel hydroalcoolique

L'heure n'étant plus à la mode, les géants du luxe LVMH et Kering ont annoncé ces derniers jours qu'ils allaient produire masques, blouses et gel hydroalcoolique pour combler les pénuries criantes des matériaux de protection.

Les ateliers français des maisons Balenciaga et Yves Saint Laurent faisant partie de Kering se sont lancés dans la fabrications de masques pour combler la pénurie face à la propagation de la pandémie en Europe. La maison Gucci, fleuron italien de Kering, s'est pour sa part engagée à fabriquer 1,1 million de masques chirurgicaux et 55 000 blouses pour le personnel soignant en Italie, pays le plus durement touché par la pandémie.

Concurrent de Kering, LVMH s'est pour sa part lancé dans la fabrication "en grande quantité" du gel hydroalcoolique pour les hôpitaux sur trois de ses sites de production français dédiés d'ordinaire à ses parfums et cosmétiques (Dior, Guerlain et Givenchy).

Les usines de production du groupe Armani sont passées, quant à elles, à la fabrication de combinaisons médicales à usage unique à destination des travailleurs de la santé. D'autres griffes moins connues sont également mobilisées : elles ont réorienté leur production dans la fabrication de masques (Noyoco, Chantal Thomass, Saint James, la maison Natan, Manifeste011, Dim, Sandro...), de blouses (le groupe Calzedonia) et de combinaisons de protection (Tony Ward). Nombreuses sont également les marques à faire des donations financières aux organismes de santé (StockX, Fila, le calendrier Pirelli). 

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Pourquoi Mayotte redoute "un tsunami" avec la crise sanitaire qui s'annonce

• Infographies. Voici les bons gestes à adopter quand on fait ses courses

• Témoignage. "Je n'ai personne sur qui m'appuyer" : le confinement "angoissant" de Lisa, enceinte de cinq mois et vivant seule avec son fils

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Vous êtes à nouveau en ligne