Coronavirus : "On voit bien que l'Union européenne est une coalition d'égoïsme", affirme Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon, le président du groupe La France insoumise à l\'Assemblée nationale, le 19 mars 2020 dans l\'hémicycle.
Jean-Luc Mélenchon, le président du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale, le 19 mars 2020 dans l'hémicycle. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La France, l'Italie et l'Espagne doivent "s'entraider" face au coronavirus, affirme sur franceinfo le président du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale.

Pour sortir de la crise du coronavirus, il faut une "planification des moyens", a expliqué mercredi 1er avril sur franceinfo Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale.

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

"On voit bien que l'Union européenne est une coalition d'égoïsme. Comment se fait-il que ce soit les Cubains et les Chinois qui viennent aider les Italiens et pas les Français et les Allemands ?", a interrogé Jean-Luc Mélenchon. En ce qui concerne la mutualisation de la dette, les Pays-Bas et l'Allemagne refusent de payer pour les autres. "C'est une vision extrêmement mesquine, étroite et bornée. Ils essaient de vivre sans les autres, on verra comment ils feront. Ce n'est pas sérieux de la part de ces pays de continuer à maintenir des dogmes néolibéraux en pleine crise", a estimé Jean-Luc Mélenchon.

"L'Europe n'existe pas"

La France fait pression sur les pays réticents pour que l'Europe soit solidaire dans cette crise. "Aujourd'hui, l'Europe n'existe pas, l'Union européenne ne joue aucun rôle. Elle a voté quelque chose d'utile à l'initiative d'un Insoumis" pour qu'on délibère pour libérer des fonds structurels pour les régions, a expliqué Jean-Luc Mélenchon.

L'Union européenne ne fait rien, ne sert à rien donc laissons-la dormir dans son coin.Jean-Luc Mélenchonà franceinfo

La France, l'Italie et l'Espagne doivent "s'entraider" face au coronavirus. "Ils sont méprisés par l'Allemagne et les Pays-Bas qui nous traitent de Club Med. C'est un vocabulaire qui est insupportable", s'est agacé Jean-Luc Mélenchon. "Ce n'est pas raisonnable du tout de leur part."

Vous êtes à nouveau en ligne