Coronavirus : "On va devoir vivre avec" pendant deux ans, estime un virologue

L\'entrée des urgences de l\'hôpital Henri Mondor, à Créteil, le 3 avril 2020.
L'entrée des urgences de l'hôpital Henri Mondor, à Créteil, le 3 avril 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Yves Gaudin, virologue, directeur de recherches CNRS à l'Institut de biologie intégrative de l'université Paris-Saclay, revient sur franceinfo ce samedi sur la durée de la pandémie de coronavirus Covid-19.

"L'épidémie ne va pas s'arrêter dans le monde à la fin du confinement en France. Il faut que ce soit très clair", interpelle Yves Gaudin, virologue, directeur de recherches CNRS à l'Institut de biologie intégrative de l'université Paris-Saclay sur franceinfo ce samedi, à propos de la pandémie de coronavirus Covid-19.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

franceinfo : Votre théorie, c'est qu'il va falloir vivre avec ce coronavirus dans le monde pendant au moins deux ans, pouvez-vous nous l'expliquer ?

Yves Gaudin : Ce n'est pas uniquement ma théorie, on est quand même plusieurs virologues dans le monde. Je dirais même que la plupart des virologues savent qu'au minimum, l'épidémie ne va pas s'arrêter dans le monde à la fin du confinement en France. Il faut que ce soit très clair. On ne sait d'ailleurs pas comment se passera le déconfinement. Ça, c'est un problème politique, car il y aura des décisions. Mais très clairement, on sait que le virus est partout dans le monde. Quand bien même on arrêterait l'épidémie en France, on voit bien que l'Angleterre, les États-Unis, auront encore une flambée de l'épidémie à ce moment-là. Donc, on est tous les pays ne sont pas au même point, et le caractère saisonnier du virus est loin d'être clair. Et quand bien même il serait saisonnier, on ralentirait probablement l'épidémie sans l'arrêter. On est sur une chose qui s'est étendue partout. Ce n'est pas comme le premier épisode de Sras. On va devoir vivre avec.

Cela ne veut pas dire forcément qu'il y aura des vagues massives de contaminés et de morts pendant 2 ans. Mais en tout cas, le virus, mécaniquement, scientifiquement, continuera lui aussi de circuler ?

Voilà, il continuera de circuler. Il a déjà infecté l'ensemble de la population humaine. On est vraiment dans un régime de pandémie et on voit qu'il est présent en Afrique. On voit qu'il est présent dans le Sud [de la planète] aussi, donc son caractère saisonnier [n'est pas prouvé]. C'est la fin de l'été là-bas, c'est le début de l'automne ; cela veut dire qu'il etait quand même là bas pendant les périodes chaudes.   On a beaucoup parlé gestes barrières pour éviter d'être contaminé ou de contaminer les autres ; est-il possible, par exemple, d'avoir seulement le nez qui coule sans fièvre, mais être porteur quand même du virus ?   Il est clair qu'il y a des malades qui sont plus ou moins symptomatiques, voire asymptomatiques, et il y a un moyen assez simple de le voir, c'est de regarder, par exemple, le taux de létalité qui est mesuré dans des pays qui ont assez bien jugulé l'épidémie, comme la Corée du Sud qui a réussi à le bloquer très tôt. Il y a probablement 10 fois plus de malades, donc il y a probablement des gens qui sont très asymptomatiques.

L'Académie de médecine recommande de rendre le port du masque grand public ou alternatif obligatoire pour les sorties après et pendant le confinement. Quel est votre sentiment sur cette évolution du discours officiel sur les masques ?

Il est clair qu'au niveau gestes barrières individuels, masque ou pas, on peut se protéger soi même, même avec une écharpe. L'idée, ce n'est pas tant de se protéger, d'ailleurs, c'est de protéger les autres, si jamais on est asymptomatique. Vous allez limiter [les risques de contagion]. Après, vous lavez votre écharpe. Et voilà. Je pense qu'effectivement, il faut réserver les masques très sécurisés pour les populations qui sont vraiment en contact [avec les malades] et notamment les soignants. On voit des gens qui bricolent, et je ne trouve pas cela ridicule. Si vous sortez une fois par jour, vous vous protégez un peu la bouche, vous évitez même de parler aux gens dans la rue. Il y a des règles assez simples qu'il va falloir qu'on apprenne. C'est ça qu'il va falloir qu'on apprenne, pour les mois qui viennent. Il faut rester prudent, et si on a les symptômes, rester chez soi.

Vous êtes à nouveau en ligne