Coronavirus : nouveau tour de vis, un aveu d'échec pour le gouvernement

Alexandre Peyrout, journaliste du service politique de France Télévisions, et Anthony Cortes, journaliste à "Marianne", débattent des nouvelles mesures prises par le gouvernement eu égard à la situation sanitaire dans le pays.

Les nouvelles mesures prises par le Premier ministre Jean Castex jeudi 22 octobre vis-à-vis de la situation sanitaire et l'augmentation des cas de coronavirus, est "un aveu d'échec du gouvernement parce que si on est obligé d'étendre à 38 départements, 54 territoires, c'est que forcement quelque chose n'a pas marché dans la stratégie du gouvernement. Mais le Premier ministre l'a dit, ce n'est pas parce que les nouvelles mesures de la semaine dernière n'ont pas fonctionné. Il faut attendre un peu, il y a une petite latence d'une quinzaine de jours", rappelle Alexandre Peyrout, le journaliste du service politique de France Télévisions, jeudi soir.

"C'est un aveu d'échec et c'est décevant. J'attendais qu'il répète ce fameux triptyque : tester, isoler, tracer qu'on nous avait affirmé à la fin du confinement, et sur ces questions-là, on n'est pas à la hauteur (…) On l'a vu avec le bide monumental de l'application StopCovid. Le gouvernement s'empêtre dans ce couvre-feu, alors qu'on pourrait se poser la question : ne faut-il pas confiner tout bonnement", propose Anthony Cortes, journaliste pour le magazine Marianne.

Les Français n'ont plus confiance

Dans tous les cas, la gestion de crise est perçue de manière critique par les Français, avec plus de 65% qui ne font pas confiance en l'exécutif pour lutter efficacement contre la pandémie. "C'est encore un aveu d'échec", décrypte Alexandre Peyrout. "Il y a un vrai risque que ce soit l'acceptabilité des mesures qui soit remise en cause par les Français".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne