Coronavirus : les vols depuis et vers la Chine réduits ou suspendus

FRANCE 2

L'épidémie a désormais contaminé plus de personnes que celle du Sras en 2003, mais elle est moins mortelle. Pékin (Chine) parle de près de 6 000 cas et de 132 morts. L'Organisation mondiale de la Santé demande au monde de réagir. Mercredi 29 janvier, Air France a annulé dans la soirée ses vols pour Wuhan, et une partie de ceux vers Pékin et Shanghai.

À l'aéroport de Pékin (Chine), les comptoirs d'enregistrement sont vides mercredi 29 janvier. La compagnie British Airways a décidé de suspendre tous ses vols directs depuis et vers la Chine. Les avions britanniques sont donc cloués au sol. Même chose pour l'Allemand Lufthansa. Air France, en revanche, se contente de réduire ses liaisons avec Pékin et Shanghai. "Ça évite la contamination, donc il vaut mieux arrêter les vols et les séjours à l'étranger", approuve un passager de retour en France.

Aucun contrôle des passagers arrivant en Europe

Faut-il suspendre toutes les liaisons avec la Chine ? La question se pose au regard des 5 millions de personnes qui ont quitté Wuhan début janvier, avant le confinement, dont certaines peut-être porteuses du virus. C'est le cas notamment d'une étudiante française. Le consulat français lui a conseillé de quitter le pays, puis plus de nouvelles. Elle a rejoint Pékin par elle-même, et prend l'avion pour Munich (Allemagne), puis Lyon (Rhône). Arrivée en Europe, elle n'a fait l'objet d'aucun contrôle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne