Coronavirus : les tests salivaires autorisés sous conditions

FRANCEINFO

La Haute autorité de santé a donné son feu vert aux tests salivaires vendredi 18 septembre. Ils seront utilisés pour les personnes présentant des symptômes du Covid-19. 

Moins désagréable qu’un écouvillon dans le nez, il suffira de cracher dans un tube ou de se voir prélever de la salive à l’intérieur de la joue pour se faire dépister au Covid-19. La Haute autorité de santé (HAS) a dit oui à l’utilisation des tests salivaires vendredi 18 septembre, à la condition qu’ils soient effectués sur des patients symptomatiques. "Chez les personnes qui ont des symptômes, leur performance sont suffisantes pour pouvoir être acceptables", explique Dominique Le Guludec, présidente de la HAS.

Des tests plus faciles donc plus rapides

En revanche, chez les asymptomatiques, les tests salivaires ne détectent qu’un positif sur quatre. Ils ne sont donc pas recommandés. Malgré tout, la méthode salivaire va permettre de faciliter les prélèvements. Désormais, c’est à l’assurance maladie de se prononcer sur le remboursement des tests salivaires.

Vous êtes à nouveau en ligne