Coronavirus : les raisons de la surmortalité des personnes nées à l'étranger

FRANCEINFO

Les personnes nées à l'étranger ont été frappées bien plus durement par le Covid-19, selon l'Insee qui s'est penché sur la surmortalité des mois de mars-avril 2020 par rapport à mars-avril 2019.

En raison du coronavirus, les décès des personnes nées en France ont augmenté de 22% en mars-avril 2020 par rapport aux mêmes mois en 2019 alors qu'ils ont augmenté de 48% pour les personnes nées en Afrique et en Asie, soit plus du double. Ce sont les personnes nées en Afrique en dehors du Maghreb qui sont les plus touchées. Leur décès a augmenté de 114%. "Ces personnes résident la plupart du temps en Ile-de-France, région la plus touchée par l'épidémie. Elles résident aussi dans des communes densément peuplées", explique Sylvie Le Minez, cheffe des études démographiques et sociales à l'Insee.

Pas de télétravail ni de voiture

D'après l'Inse), les personnes nées en Afrique ou en Asie sont beaucoup plus souvent des travailleurs qui n'ont pas pu télétravailler. Ils sont aides-soignants, livreurs, agents de nettoyage... Les personnes immigrées utilisent plus souvent les transports en commun : 49% contre 15% des personnes nées en France. Leur accès aux soins est plus faible, leur niveau de vie aussi. Aux États-Unis ou au Royaume-Uni, le taux de mortalité est plus élevé chez les hommes noirs que chez les hommes blancs.

Vous êtes à nouveau en ligne