Coronavirus : les opérateurs télécoms appellent à une "responsabilité numérique" pour éviter une surcharge des réseaux

Un data center (photo d\'illustration).
Un data center (photo d'illustration). (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms, appelle les Français à privilégier les connexions wifi et n'exclut pas une régulation des usages si besoin, un peu comme les "chassés-croisés" de l'été.

Avec les enfants privés d'école et les adultes appelés à télétravailler en raison du confinement lié à l'épidémie de coronavirus, les opérateurs de télécommunications s'attendent à une montée en charge de leurs infrastructures. Invité de franceinfo mardi 17 mars, Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms appelle, pour éviter toute saturation, à une "responsabilité numérique" et prévient que les opérateurs télécoms "pourraient avoir besoin de s'adapter" et de "prioriser" certains usages pour faire face aux pics de connexions.

franceinfo : Les infrastructures vont-elles tenir le choc ?

Arthur Dreyfuss : Il y a plus de 15 000 techniciens et ingénieurs de tous les opérateurs télécoms qui sont mobilisés pour que les réseaux tiennent, pas seulement pour les prochains jours, mais pour les prochaines semaines, voire les prochains mois. Nous entrons dans une ère de discipline sociale et il faut aussi entrer dans une période de responsabilité numérique, individuelle et collective. La situation est tout à fait inédite. Nous allons être dans une période où l'essentiel de la population sera au même moment, pendant toute la journée, pendant les semaines et les mois qui arrivent, à la maison. Donc, évidemment, nous nous apprêtons à connaître une hausse comme nous n'en avons jamais connue. Mais nous nous adaptons, nous travaillons avec les pouvoirs publics pour adapter la capacité de nos réseaux. Les opérateurs sont pleinement mobilisés. Les réseaux télécoms sont vitaux à la bonne marche du pays et nous travaillons d'arrache-pied pour faire en sorte qu'ils puissent fonctionner.

Cela veut dire qu'il faut rationner sa consommation numérique ?

Non, cela veut dire qu'il y a des gestes du quotidien à appréhender.

Par exemple, quand vous êtes à la maison, il vaut mieux se mettre en wifi pour téléphoner, pour travailler, pour communiquer, pour s'informer.Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécomsà franceinfo

C'est un petit geste qui permet de passer sur les réseaux fixes, via les box. Et le réseau fixe a une capacité encore plus importante que les réseaux mobiles.

Mais nous allons cumuler télétravail, enseignement à distance pour les enfants, loisirs numériques... Les réseaux ne vont-ils pas être en surchauffe ?

Nous sommes habitués à absorber des pics de consommation. Ce qui va être différent, c'est que nous allons vivre avec une hausse continue de la consommation. Il va donc falloir que l'ensemble des particuliers, des entreprises puissent s'adapter et prioriser. C'est une responsabilité collective. Il va falloir s'adapter dans les tout prochains jours.

Les opérateurs pourraient-ils en arriver à brider les usages les plus consommateurs ?

Dans cette période, le pays a des priorités. Les priorités, ce sont la santé de la population, le travail à la maison, la poursuite de la vie économique... Nous pourrions effectivement avoir besoin de nous adapter pour répondre aux priorités du pays et nous allons travailler avec l'ensemble des acteurs, les entreprises, les plateformes pour nous adapter s'il en était besoin. 

C'est comme les départs en vacances fin juillet, début août. Vous avez des chassés-croisés sur l'autoroute. Il faut savoir adapter sa consommation comme on a parfois l'habitude d'adapter sa circulation.Arthur Dreyfuss

Vous êtes à nouveau en ligne