Coronavirus : les migrants durement touchés en Libye

En Libye, des associations et ONG viennent en aide aux migrants. Des populations vulnérables qui sont de moins en moins prises en compte, s’inquiète le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Ils sont des dizaines de migrants à s'entasser dans des centres de détention. D’autres vivent dans la rue, des Nigériens, arrivés en Libye il y a quelques mois. "Il n’y a pas de travail ici. J’ai huit enfants et nous devons trouver un endroit pour manger. Il n’y a rien à faire sauf rester assis alors qu’il fait très chaud", dit l'un d’entre eux. L’urgence est en effet de les nourrir, alors des associations distribuent les repas. Mais beaucoup n'ont plus de travail à cause de la pandémie de Covid-19.

650 000 migrants

"Ils sont très dépendants d'un petit salaire quotidien. Comme la vie économique a cessé, ils ont tous perdu leur travail et se retrouvent encore plus démunis", déplore un bénévole. Il y aurait en Libye plus de 650 000 migrants, dans un pays toujours en guerre. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) tire la sonnette d’alarme. L’ONU s'inquiète aussi du refus de certains pays d’aider les migrants qui tenteraient de traverser la Méditerranée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne