Coronavirus : les heures supplémentaires réalisées par les personnels soignants pendant l'épidémie seront majorées

Des soignants échangent dans le service de réanimation de la clinique Ambroise Paré de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 28 avril 2020.
Des soignants échangent dans le service de réanimation de la clinique Ambroise Paré de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 28 avril 2020. (JULIE LIMONT / HANS LUCAS / AFP)

Du 1er mars au 30 avril, les 14 premières heures supplémentaires sont ainsi augmentées de 87,5% (contre 25% en temps normal) et les suivantes de 90,5% (contre 27%).

Les heures supplémentaires effectuées en mars et avril par les personnels des hôpitaux et d'autres structures publiques (Ehpad, handicap, aide à l'enfance) seront surmajorées de 50% et devront être payées d'ici au 1er septembre. Annoncée mi-avril par le gouvernement, cette majoration des heures supplémentaires réalisées durant l'épidémie de coronavirus a été précisée par un décret paru dimanche 14 juin au Journal officiel.

>> Suivez la nouvelle étape du déconfinement annoncée par Emmanuel Macron dans notre direct

Du 1er mars au 30 avril, les 14 premières heures supplémentaires sont ainsi augmentées de 87,5% (contre 25% en temps normal) et les suivantes de 90,5% (contre 27%). Ces majorations sont cumulables avec un bonus de 150% pour les horaires de nuit (contre 100% d'ordinaire) et un autre de 99% pour les dimanches et jours fériés (contre 66%).

Des heures payées au plus tard le 1er septembre

Sont concernés les personnels titulaires et contractuels de la fonction publique hospitalière, qu'ils travaillent dans les hôpitaux, les établissements pour personnes âgées ou handicapées, ceux de l'aide sociale à l'enfance, ou dans les accueils pour familles en difficulté et demandeurs d'asile. Les mêmes règles s'appliquent aux hôpitaux d'instruction des armées et de l'Institution nationale des Invalides.

Pour tous ces agents, les heures supplémentaires devront être "compensées sous la forme de la seule indemnisation", c'est-à-dire payées, et ce "au plus tard le 1er septembre". Par ailleurs, les médecins, dentistes et pharmaciens exerçant dans les hôpitaux publics (internes, étudiants et praticiens étrangers inclus) bénéficient d'une revalorisation de 50% sur les gardes réalisées durant la même période.

Vous êtes à nouveau en ligne