Coronavirus : les chefs d'entreprise ne savent pas ce qu'ils vont devenir

Les conséquences économiques de cette crise sanitaire sont de plus en plus importantes selon la durée de cette dernière. La date du 11 mai paraît lointaine pour les petites entreprises, mais aussi pour les commerçants.

Sans rentrée d'argent depuis cinq semaines maintenant, les petites entreprises et commerçants se retrouvent sans pouvoir honorer les loyers ou les crédits sur lesquels ils sont engagés. Yann et Sophie sont deux petits patrons qui ont comme point commun la peur de la faillite. Lui est restaurateur et elle garagiste, mais ils se retrouvent tous les deux dans la même difficulté. Près de Belfort (Territoire-de-Belfort), l'établissement de Yann, une boulangerie, qui fait également restauration, pourrait ne pas se relever de cette épidémie de coronavirus.

"Inquiet pour la suite"

"L'épidémie est absolument catastrophique au niveau santé, mais la prochaine épidémie, ça va être les faillites. Donc on est vraiment inquiet pour la suite", s'alarme-t-il. La banque ne leur a pas fait de retour pour un prêt, ils envisagent donc de licencier trois salariés sur dix. "On a créé un lien entre nos salariés et nous, c'est comme de la famille et ça fait mal de dire à quelqu'un de la famille qu'on ne pourra plus le payer", explique sa femme la gorge nouée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne