Coronavirus : les ambulanciers en première ligne

franceinfo

Face la crise du coronavirus, les soignants et notamment les ambulanciers sont dans une situation délicate.

Ils sont dans l'ombre des médecins, mais eux aussi sont en première ligne. Depuis plusieurs semaines, les ambulanciers-urgentistes vivent au rythme du coronavirus. Les patients conduits à l'hôpital se multiplient, comme ici à Saint-Dié (Vosges). L'hôpital de cette ville ne dispose pas de service de réanimation. Certains malades doivent donc être évacués vers le CHU de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Quatre heures de transfert

"Nous sommes submergés. Là, il n'y a qu'un seul médecin pour toutes les urgences quand l'autre médecin est en transfert et ça augmente forcément le temps d'attente pour les patients", explique une soignante de l'hôpital de Saint-Dié. 85 km séparent la ville vosgienne du CHU de Nancy, les transferts durent donc quatre heures. Après chaque trajet, les ambulanciers désinfectent leur véhicule, ultime précaution dans cette guerre face au coronavirus.

Vous êtes à nouveau en ligne