Coronavirus : le fonctionnement des brigades "Covisan" en Allemagne ?

franceinfo

Face au coronavirus, des brigades "Covisan" ont été mises en place en Allemagne afin d’identifier les chaînes de contamination. Mode d'emploi.

En Allemagne, des enquêteurs d'un nouveau genre ont fait leur apparition. "Quand a eu lieu le dernier contact ? Avez-vous voyagé ?", demande l'un d'entre eux à une personne par téléphone. Il s'agit de brigades anti-contagion du Covid-19 en place partout en Allemagne, composées d'employés des services sanitaires, qui retracent le parcours de chaque nouveau cas positif et de leurs familles, dans les jours précédents l'apparition des symptômes.

2 000 euros net par mois

Ils contactent aussi les collègues des malades, et préviennent tous les lieux qu'ils ont fréquentés, comme les supermarchés. "C'est un travail gigantesque, je travaille bien plus que 40 heures par semaine alors que j'ai un contrat à temps partiel. Depuis le début de la crise, je n'ai eu qu'un ou deux week-ends de libre", explique le Dr Cornelia Höflich, médecin du service d'hygiène de Mayence. Tous les contacts des malades sont convoqués pour passer un test. Les centres sont parfois installés juste en bas des bâtiments administratifs. Près de 10 000 personnes se sont portées volontaires pour renforcer les brigades. Ces enquêteurs gagnent près de 2 000 euros net par mois et sont embauchés pour une durée de six mois renouvelables.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne