Coronavirus : le CNRS apporte des précisions sur la projection de postillons

Alors que le Covid-19 poursuit sa lancée en France, plusieurs enquêtes viennent de voir le jour pour tenter d'y voir plus clair sur le rôle et l'impact des postillons dans la transmission, relate France 3, vendredi 9 octobre. 

La question des postillons est au cœur des débats sur le Covid-19 depuis plus de six mois. Plusieurs nouvelles enquêtes apportent des précisions sur cette transmission, rapporte France 3, vendredi 9 octobre. Les chercheurs du CNRS révèlent par exemple que les sons 'p' comme papa projettent en masse des filaments. Au contraire, le son 'm' comme maman réduit leur nombre. 

Un faisceau laser pour détecter les filaments


C'est un faisceau laser qui permet de rendre ces nombreux filaments visibles. Des points lumineux témoignent ainsi de leur prolifération et, logiquement, plus on est bavard, plus une situation devient problématique. "Ce qui se passe, c'est que vous allez pousser l'air qui est devant vous en une forme de cône", explique Manouk Abkarian, directeur de recherche au CNRS au Centre de biologie structurale de Montpellier (Hérault).  

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne