Coronavirus : un essai clinique européen débute pour quatre traitements expérimentaux avec plus de 3 000 patients

Un chercheur de l\'Inserm dans un laboratoire à Nice (Alpes-Martimes), le 12 janvier 2018.
Un chercheur de l'Inserm dans un laboratoire à Nice (Alpes-Martimes), le 12 janvier 2018. (A. NOOR / BSIP / AFP)

L'essai inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères du Covid-19.

Un nouvel espoir. Un essai clinique européen dont le but consiste à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19 a débuté, dimanche 22 mars, en France, annonce l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui coordonne les recherches. L'essai inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères de la maladie.

"Nous avons analysé les données issues de la littérature scientifique (...) pour aboutir à une liste de molécules antivirales à tester : le remdesivir, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, ce dernier traitement étant associé ou non à l'interféron bêta, et l'hydroxychloroquine", explique Florence Ader, infectiologue dans le service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de la Croix-Rousse au CHU, qui pilote cet essai clinique, baptisé Discovery. "La liste de ces médicaments potentiels est par ailleurs basée sur la liste des traitements expérimentaux classés comme prioritaires par l'Organisation mondiale de la santé."

"Réagir en temps réel"

Selon l'Inserm, cet essai sera "adaptatif", c'est-à-dire que les traitements expérimentaux inefficaces pourront être abandonnés au fur et à mesure et remplacés par d'autres molécules. "Nous pourrons donc réagir en temps réel, en cohérence avec les données scientifiques les plus récentes, afin de mettre en évidence le meilleur traitement pour nos malades", ajoute Florence Ader.

Les chercheurs prévoient d'inclure 3 200 patients européens venant de Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, du Royaume uni, d'Allemagne et d'Espagne, et peut être d'autres pays. En France, ce sont au moins 800 patients hospitalisés pour une infection Covid-19 qui pourraient intégrer l'essai. "Cinq hôpitaux français participeront au départ (Paris – hôpital Bichat-AP-HP, Lille, Nantes, Strasbourg, Lyon) puis nous ouvrirons d'autres centres pour arriver au moins à une vingtaine d'établissements participants", poursuit Florence Ader. Le recrutement démarre aujourd'hui.

Vous êtes à nouveau en ligne