Coronavirus : la valeur de transfert des joueurs de foot recule de 28%, selon une étude

Les joueurs de l\'Olympique de Marseille célèbrent leur victoire à Lille, le 16 février 2020.
Les joueurs de l'Olympique de Marseille célèbrent leur victoire à Lille, le 16 février 2020. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Avec une baisse de 38% de la valeur de transfert de ses joueurs, l'Olympique de Marseille serait l'équipe européenne la plus touchée.

La pandémie de coronavirus, qui a provoqué l'interruption des compétitions de football nationales et continentales, a entraîné une baisse de près d'un tiers de la valeur de transfert des joueurs des cinq grands championnats européens, selon une étude de l'Observatoire du football du Centre international d'étude du sport (CIES) de Neuchâtel (Suisse) publiée lundi 30 mars.

Ainsi, la valeur totale de transfert des joueurs au niveau des cinq grands championnats diminuerait de 28%, de 32,7 à 23,4 milliards d'euros, dans le cas où aucun match ne serait joué et aucun contrat ne serait prolongé jusqu'à fin juin, estime le CIES.

L'OM grand perdant

Principale victime potentielle, l'Olympique de Marseille, dont la valeur de transfert des joueurs reculerait de 38% (perte de 97 millions d'euros), selon l'étude, qui porte sur l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, la France et l'Italie. Le Paris SG perdrait de son côté 302 millions d'euros (-31,4%), le Real Madrid 350 millions d'euros (-31,8%) et le FC Barcelone 366 millions d'euros (-31,3%). A l'inverse, le pourcentage de pertes le plus bas reviendrait au Stade brestois (-16%).

Joueur par joueur, la valeur de transfert estimée de Paul Pogba (Manchester United) "serait presque divisée par deux, passant de 65 millions d'euros à 35 millions d'euros", estime encore le CIES.

L'ampleur de la baisse varie en fonction de plusieurs facteurs "tels que l'âge des joueurs, la durée du contrat, le cheminement de carrière et les performances récentes". "La perte la plus importante en termes relatifs concerne les footballeurs vieillissants avec des contrats à court terme qui ont joué moins de matchs au cours de la saison en cours que lors de la précédente", explique le CIES.

Vous êtes à nouveau en ligne