Coronavirus : la situation à l’international se détériore

France 2

France 2 fait le point sur la situation à l’international, dimanche 29 mars, avec ses correspondants au Brésil, en Italie et au Royaume-Uni, des pays confrontés à l’épidémie de coronavirus Covid-19.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a tenu un discours surréaliste, à la tête d’un pays de 211 millions d’habitants. Un choix politique et un risque sanitaire qui pourrait coûter la vie à de nombreux Brésiliens. “Pour Jair Bolsonaro, le coronavirus ferait plus de mal à l’économie qu’à la santé de son pays (...) C’est vrai que le bilan est encore relativement faible au Brésil, 114 morts”, indique la journaliste Fanny Lothaire, en duplex de Rio de Janeiro (Brésil). Difficile pour les Brésiliens de savoir à qui se fier, surtout pour les favelas, où vivent près de 13 millions d’habitants (...) à qui l’eau courante et la nourriture manque et qui ne reçoivent pas d’aide du gouvernement”, ajoute-t-elle.

“82% des malades sont des hommes”

En Italie, le profil des patients est en train de changer. “C’est le résultat d’une étude géante qui a été menée sur 775 personnes hospitalisées en Lombardie, rendue publique dimanche 29 mars”, indique le journaliste Alban Mikoczy, en duplex depuis Rome (Italie). “82% des malades sont des hommes, 18% des femmes (...) L’âge moyen des patients est en train de descendre spectaculairement, 63 ans en moyenne en Italie”, conclut-il.

Le Royaume-Uni, de son côté, va devoir faire face à une forte augmentation du nombre de patients. “Face à la montée en flèche du nombre de morts, les autorités ont été très claires : les mesures de confinement devraient durer ici au moins jusqu’au mois de juin. Les écoles et universités ne rouvriront sans doute pas avant l’automne prochain pour éviter un second pic”, rapporte le journaliste Arnaud Comte, en duplex de Londres (Royaume-Uni). Un hôpital temporaire va ouvrir à Londres, avec 5 000 places disponibles. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne