Coronavirus : la Seine-Saint-Denis manque de lits et de soignants

franceinfo

L’épidémie de coronavirus entraîne un afflux sans précédent de malades en réanimation, en particulier en Seine-Saint-Denis, où les places manquent. L'Île-de-France est l'une des régions les plus touchées par la pandémie de Covid-19, qui a tué plus de 400 personnes en France lundi 30 mars. Un département francilien est particulièrement frappé par l'épidémie de coronavirus : la Seine-Saint-Denis. Du fait de sa densité de la population, la diffusion du virus est très rapide. Partout, les services de réanimation du département sont pleins à craquer.  Des transferts comme solution D'autant que la Seine-Saint-Denis est l'un des départements les moins bien dotés en termes de lits d’hôpitaux  : seulement 42 pour 10 000 habitants, contre par exemple 77 pour 10 000 habitants à Paris. "Il faut que l'on continue ces transferts vers les régions moins touchées par l'épidémie pour libérer encore des places en réanimation", explique Frédéric Adnet, chef des urgences à l’hôpital Avicenne de Bobigny. Les hôpitaux de Seine-Saint-Denis ont un autre problème à affronter : le manque de soignants pour être au chevet des malades.

L'Île-de-France est l'une des régions les plus touchées par la pandémie de Covid-19, qui a tué plus de 400 personnes en France lundi 30 mars. Un département francilien est particulièrement frappé par l'épidémie de coronavirus : la Seine-Saint-Denis. Du fait de sa densité de la population, la diffusion du virus est très rapide. Partout, les services de réanimation du département sont pleins à craquer. 

Des transferts comme recours

Et la Seine-Saint-Denis est l'un des départements les moins bien dotés en termes de lits d’hôpitaux  : seulement 42 pour 10 000 habitants, contre par exemple 77 pour 10 000 habitants à Paris. "Il faut que l'on continue ces transferts vers les régions moins touchées par l'épidémie pour libérer encore des places en réanimation", explique Frédéric Adnet, chef des urgences à l’hôpital Avicenne de Bobigny. Les hôpitaux de Seine-Saint-Denis ont un autre problème à affronter : le manque de soignants pour être au chevet des malades.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne