Coronavirus : la pauvreté pourrait doubler en Cisjordanie occupée, prévient la Banque mondiale

Le village d\'llat Ali, en Cisjordanie, le 14 juin 2012.
Le village d'llat Ali, en Cisjordanie, le 14 juin 2012. (RIEGER BERTRAND / HEMIS.FR / AFP)

L'institution table sur une chute de 7,6% à 11,2% du PIB dans les Territoires palestiniens en 2020.

Le nombre de familles pauvres pourrait doubler cette année en Cisjordanie occupée, en raison de la pandémie de Covid-19, qui menace les finances publiques et l'emploi dans les Territoires palestiniens, a alerté la Banque mondiale, lundi 1er juin. Jusqu'à présent, ces Territoires ont été relativement épargnés par la pandémie, avec un total de 447 cas et trois morts recensés, parmi les quelque cinq millions d'habitants de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Mais la crise a plombé l'activité économique. 

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

"Avant même la pandémie de Covid-19, environ le quart des Palestiniens vivait sous le seuil de pauvreté, soit 53% à Gaza et 14% en Cisjordanie. Selon des estimations préliminaires, le nombre de foyers pauvres devrait passer à 30% en Cisjordanie et 64% à Gaza", note la Banque mondiale dans son rapport (en anglais) publié lundi.

Une chute du PIB jusqu'à 11,2%

L'impact devrait être plus important en Cisjordanie, car des dizaines de milliers de Palestiniens qui y vivent travaillent en Israël, où les salaires sont plus élevés, mais le pays est plus touché par la crise. En raison de la pandémie, le nombre de ces travailleurs a chuté, ce qui contribue à une "réduction significative" de leur apport financier. "A ce stade, il n'est pas possible de savoir combien de temps cela prendra à l'économie pour se remettre des mesures de confinement", souligne la Banque mondiale, qui table sur une contraction du PIB dans les Territoires palestiniens oscillant entre 7,6% et 11,2% cette année.

Cette situation pèsera aussi sur le budget palestinien, avec un manque à gagner de 1,5 milliard de dollars (environ 1,3 milliard d'euros) prévu cette année, soit près du double par rapport à l'an dernier. La situation devrait devenir "de plus en plus difficile" pour l'Autorité palestinienne, qui verra ses revenus diminuer, mais ses dépenses en santé augmenter, note encore la Banque mondiale.

Vous êtes à nouveau en ligne