Coronavirus : la nécessité de remonter la chaîne de contamination

Les médecins généralistes sont souvent à l'origine des premiers diagnostics du Covid-19. Mais quels sont les outils mis à leur disposition ? Et comment signalent-ils les cas suspects ?

Une stratégie claire et nette pour le gouvernement : protéger, tester et isoler. Les enquêteurs de l'Assurance maladie ont été déployés sur tout le territoire. Leur mission : appeler chaque personne déclarée positive au Covid-19 et retracer tous les contacts qu'elle a eus 48 heures avant le dépistage. Ils ont d'ailleurs un outil pour cela : un fichier renseigné par les médecins de ville dès qu'un cas est diagnostiqué. "C'est ça qui nous permet de casser les chaînes de contamination. On sait avec qui on vit, on ne pense pas forcément avec qui on a déjeuné la veille, avec qui on a été en réunion...", décrit un agent.

Protéger les plus vulnérables

Pour épauler les agents de cette plateforme, des jeunes ont été formés notamment pour répondre aux règles de confidentialité. Un travail délicat et une mission de santé publique pour éviter toute atteinte à la vie privée. Important aussi pour éviter un second rebond de l'épidémie. Mais les vecteurs de contamination ne sont pas toujours connus. Dans les foyers, il représente 80 % des cas. Il faut isoler les personnes contagieuses mais aussi protéger les personnes à risque. Le virus va recirculer et les plus vulnérables pourraient être très touchés, mettant en garde les soignants. Le premier bilan sera fait fin mai.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne