Coronavirus : "La majorité des gens allergiques ne sont pas forcément plus à risque", rassure Édouard Seve, vice-président du syndicat des allergologues

La saison des pollens est en avance dans le sud de la France (cyprès et chênes) et un pic est attendu au nord de la Loire (bouleaux et frênes). Photo d\'illustration.
La saison des pollens est en avance dans le sud de la France (cyprès et chênes) et un pic est attendu au nord de la Loire (bouleaux et frênes). Photo d'illustration. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Si les personnes sujettes à des allergies sévères et a une insuffisance respiratoire sont plus fragiles face au coronavirus, dans la majorité des autres cas être allergique n'expose pas à plus de risque. Ce qui est important, c'est de bien prendre son traitement, souligne Édouard Seve, vice-président du syndicat des allergologues

En ce qui concerne le coronavirus, "la majorité des gens allergiques ne sont pas forcément plus à risque", rassure Édouard Seve, médecin allergologue à Fontainebleau et vice-président du syndicat des allergologues. La saison des pollens est en avance dans le sud de la France (cyprès et chênes) et un pic est attendu au nord de la Loire (bouleaux et frênes). Les associations s'inquiètent cependant d'une possible confusion entre les symptômes des allergies et du Covid-19.

franceinfo : Comment différencier les symptômes du Covid-19 des réactions allergiques habituelles ?

Édouard Seve : Les symptômes ne sont pas tout à fait les mêmes. Les signes habituels d'allergies sont le nez qui coule clair, des éternuements, les yeux qui piquent et ce n'est pas forcément typique du Covid. À l'inverse, le Covid va provoquer de la fièvre, des courbatures, des signes inhabituels. Les gens allergiques ont les mêmes symptômes tous les ans. S'ils ont des symptômes qui ne sont pas comme d'habitude c'est là qu'il va falloir se méfier. S'ils ont de la fièvre, ce n'est pas normal, ce ne sont pas les allergies et il faudra consulter.

Est-on plus vulnérable au coronavirus quand on est allergique ?

Pour les allergies sévères, effectivement, on a une insuffisance respiratoire. Donc on est un peu plus à risque, on est plus fragile. Mais la majorité des gens allergiques ne sont pas forcément plus à risque. Ce qui est important, c'est de bien prendre son traitement. Ça été confirmé par toutes les sociétés savantes. Il ne faut pas arrêter ses traitements. Les traitements d'asthme et les antihistaminiques ne sont pas des anti-inflammatoires non stéroïdiens, donc il n'y a pas de risque à prendre les traitements et au contraire, plus de risque de les arrêter que de les garder.

Le confinement pourrait-il avoir des effets sur les allergies aux pollens, compte tenu de l'amélioration de la qualité de l'air ?

Il pourrait peut-être y avoir un effet bénéfique, ce serait le bon côté du confinement. Si on est plus à l'intérieur, on va être moins dehors et du coup, un peu moins exposé. Le côté négatif c'est qu'il y avait beaucoup de gens dans la petite couronne qui ont des jardins et qui se sont retrouvés sans grand chose à faire le week-end, qui ont tous passé la tondeuse. Du coup, il y a eu plein de problèmes dans l'air à cause de cette tonte. Mais bon, ça ne peut pas durer éternellement. Et si on reste à l'intérieur, si on ferme les fenêtres, les pollens ne vont pas rentrer dans les maisons et ça devrait bien se passer. [...] Il y aura aussi moins de pollution et du coup, moins d'irritations au niveau des bronches, qui seront un peu moins sujettes à attraper des virus, notamment le Covid.

Vous êtes à nouveau en ligne