Coronavirus : Amazon obligé de limiter son activité aux produits essentiels et d'évaluer les risques pour les salariés

Un entrepôt Amazon à Bretigny-sur-Orge (Essonne), le 28 novembre 2019.
Un entrepôt Amazon à Bretigny-sur-Orge (Essonne), le 28 novembre 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

Cette restriction s'applique pour un mois. Le tribunal judiciaire de Nanterre a assorti sa décision d'une astreinte d'un million d'euros par jour de retard.

Une avancée pour les salariés. Le tribunal judiciaire de Nanterre a ordonné mardi 14 avril à Amazon France d'établir une évaluation des risques inhérents à l'épidémie de Covid-19 sur ses entrepôts et de restreindre en attendant son activité aux seuls produits essentiels. Cette restriction s'applique "dans les 24 heures" et pour un mois. Amazon devra obligatoirement associer les représentants du personnel à l'évaluation des risques.

La juridiction estime que la société a "de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés" et l'enjoint de restreindre son activité "aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d'expédition des commandes de produits alimentaires, d'hygiène et médicaux, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée".

Le tribunal était saisi par le syndicat Sud, premier syndicat dans l'entreprise, soutenu par Les Amis de la Terre. Le tribunal a toutefois écarté la demande "à titre principal" déposée par le syndicat d'arrêter totalement l'activité des entrepôts au motif qu'ils rassemblent plus de 100 salariés en un lieu clos. Le tribunal condamne en outre Amazon à verser des dommages à Sud à hauteur de 4 800 euros.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Synthèse. Nombre de morts et de cas avérés, sortie du confinement... Le point sur la situation dans les autres pays européens

• Eclairage. Pourquoi les écoles et les crèches pourraient rouvrir dès le 11 mai ?

• Synthèse. Montant des aides, stratégie de "déconfinement", distribution des masques... Les questions qui restent en suspens après l'allocution de Macron

• Témoignages. "Je suis tombée plus bas que terre" : quand le confinement plonge de nombreux Français dans la précarité alimentaire

Vous êtes à nouveau en ligne