Coronavirus : la Grande-Bretagne pleure ses chauffeurs de bus

FRANCEINFO

En première ligne face à l’épidémie de coronavirus qui touche la Grande-Bretagne, de nombreux chauffeurs de bus ont été infectés. Leurs décès ont poussé le pays à agir pour tenter de davantage les protéger.

« J’ai 63 ans, je suis fière de conduire les bus rouges londoniens. Je suis fière de faire ce métier, je suis fière d’être en première ligne pour conduire les gens sur leurs lieux de travail. Je conduis mais je suis effrayée à l’idée de mourir », confesse Lorraine, conductrice de bus à Londres (Royaume-Uni). Un témoignage qui alerte une nouvelle fois les autorités sur les conditions de travail très compliquées de ces Britanniques. Dans la seule capitale anglaise ces dernières semaines, chauffeurs de bus ou agents d’entretien, ils sont 26 à avoir perdu la vie.

Des mesures strictes pour limiter la propagation du virus

Face à l’émotion de tout un peuple, les autorités britanniques ont décidé d’agir pour limiter une propagation encore plus importante du Covid-19. A partir du lundi 20 avril, l’entrée dans les bus ne se fera que par la porte du milieu du véhicule et les trajets seront désormais gratuits pour protéger les chauffeurs en évitant au maximum les contacts. Enfin, le maire de Londres Sadiq Khan appelle la population à se couvrir la bouche si possible.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne