Coronavirus : la fermeture d'Orly, "c'est tout simplement miraculeux", se réjouit l'association des riverains

L\'aéroport d\'Orly (Val-de-Marne) a accueilli, mardi 31 mars, ses derniers vols commerciaux. Il se met en sommeil en raison de la chute du trafic aérien causé par la crise du coronavirus.
L'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) a accueilli, mardi 31 mars, ses derniers vols commerciaux. Il se met en sommeil en raison de la chute du trafic aérien causé par la crise du coronavirus. (MATHIEU FERRI / FRANCE-BLEU OCCITANIE)

"On a l'impression d'être transporté en plein centre de la France, dans un endroit qui est complètement calme", décrit Luc Offenstein, vice-président de l'association Défense Riverains de l'Aéroport d'Orly.

"C'est de l'inédit, de l'inespéré", a réagi, mardi 31 mars, sur franceinfo, Luc Offenstein, vice-président de l'association Défense Riverains de l'Aéroport d'Orly (Drapo) et président de l'association OYE349 qui lutte contre les nuisances aériennes. L'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) a accueilli mardi ses derniers vols commerciaux. Il se met en sommeil en raison de la chute du trafic aérien causée par la crise du coronavirus.

"Nous avons quotidiennement un avion toutes les trois minutes, 365 jours par an, 17h30 par jour en moyenne aux heures de pointe. Les avions se suivent à une minute trente", explique Luc Offenstein. "Là, on entend les oiseaux et on respire la forêt. Ça n'a plus rien à voir avec avant. On a l'impression d'être transporté en plein centre de la France, dans un endroit qui est complètement calme."

Les riverains retrouvent le sommeil

Depuis la baisse du trafic, "on peut se coucher à peu près à l'heure qu'on veut, alors qu'avant c'était 23 heures minimum", raconte Luc Offenstein. "Et on n'est plus réveillé par le premier avion à 6 heures du matin." Depuis le confinement "l'activité est très calme. Nous qui sommes non seulement sous le couloir aérien, mais en plus cernés par deux voies rapides, la A104 et l'A86, et deux nationales, aujourd'hui, il y a plus de bruit de fond". Selon le vice-président de l'association Drapo, les relevés de Bruitparif donnent des valeurs "de 33 à 35 décibels, quand il n'y a pas d'oiseaux ou de tondeuse. C'est tout simplement miraculeux".

Gagner du temps de vie en bonne santé

Luc Offenstein entend profiter de la fin du confinement pour faire prendre conscience de l'impact du bruit sur la santé. Il rappelle que l'Ile-de-France "concentre 50% du trafic aérien national. C'est complètement inadmissible sur la population la plus dense et sur un périmètre très étroit. Suivant le niveau de bruit, on perd entre six mois et trois ans de vie en bonne santé", argumente le riverain de l'aéroport d'Orly. "On compte bien rebondir là-dessus et enfin obtenir ce qu'on attend depuis des années, c'est à dire une diminution du bruit et du trafic", conclut-il.

Vous êtes à nouveau en ligne