Coronavirus : la dette publique est désormais de 2 438,5 milliards d'euros, soit 101,2% du PIB

Le logo de l\'Insee sur le bâtiment nantais de l\'Insee, le 27 mars 2019.
Le logo de l'Insee sur le bâtiment nantais de l'Insee, le 27 mars 2019. (SEBASTIEN SALOM GOMIS / SIPA)

Les mesures de soutien aux entreprises liées à la crise du Covid-19 pèsent lourd sur la dette française, qui enregistre ainsi sa plus forte hausse trimestrielle depuis 2009.

La dette publique française, alourdie par la crise sanitaire du Covid-19, s'est établie fin mars à 101,2% du produit intérieur brut (PIB), soit 2 438,5 milliards d'euros, a rapporté vendredi 19 juin l'Insee. Par rapport à fin décembre, la dette publique a donc augmenté de 3,1 points, ce qui représente la plus forte augmentation trimestrielle depuis le deuxième trimestre de 2009.

Cette hausse exceptionnelle provient notamment de "la baisse de l'activité au premier trimestre liée à la crise sanitaire et des mesures de soutien aux entreprises et aux ménages", comme le chômage partiel et le report des cotisations patronales, qui sont venues grever les comptes des administrations de sécurité sociale, explique l'Insee.

Fin 2019, la dette publique atteignait 98,1%, et du fait de la crise, le gouvernement s'attend à ce qu'elle grimpe à 120,9% du PIB cette année.

Vous êtes à nouveau en ligne