Coronavirus : la délicate coopération entre États européens

L'épidémie du Covid-19 est maîtrisée en France selon le directeur général de la Santé. Quelles leçons tirer du manque de communication entre les pays européens ? Ceux de l'espace Schengen ont en tout cas décidé de la réouverture des frontières.

Actuellement, les frontières de l'espace Schengen sont fermées à l'ensemble des visiteurs extérieurs. Dès le 1er juillet, elles seront de nouveau ouvertes, une décision collective de la part des États membres. Mais des décisions comme cela, il n'y en a pas eu énormément ces derniers mois. Les pays ont eu du mal à se coordonner pour lutter contre l'épidémie. L'exemple du confinement est criant, décrété le 9 mars en Italie, le 11 mars au Danemark et le 17 mars en France.

L'exemple unique de la Suède

Les conditions et modalités du confinement ont été très différentes selon les pays. En France et en Italie, les conditions de déplacements et de sorties étaient très strictes. Ils étaient impossibles sans attestation. Au Danemark, on a préféré un semi-confinement, avec des sorties autorisées mais des rassemblements limités. D'autres sont allés à contre-courant comme la Suède qui a décidé d'appliquer la stratégie de l'immunité collective. Ainsi, 60 % de la population doit être contaminée afin que l'épidémie disparaisse. Dans les faits, tout restait ouvert. Une décision qui ne semble pas très efficace aujourd'hui, car le pays a un des plus forts taux de mortalité en Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne