Coronavirus : la chloroquine augmenterait le risque de décès

France 3

Pour Donald Trump, la chloroquine est une traitement miracle. Cet antipaludéen avait suscité de grands espoirs. Or, les résultats d’une étude à grande échelle démontrent que la molécule augmente le risque de décès.  

Son utilisation est vantée par certains, de Washington à Marseille, depuis le début de l’épidémie. Critiquées par d’autres, la chloroquine et son dérivé, l’hydroxychloroquine, font l’objet de dizaines d’études. Celle publiée le 22 mai dans la revue "The Lancet" donne des résultats importants. Les chercheurs américains ont analysé les cas de plus de 96 000 patients.

Une mortalité en hausse si on additionne le traitement avec un antibiotique

Dans le groupe contrôle avec traitement standard, la mortalité est de 9,3%. Chez ceux à qui on a administré de la chloroquine dans les 48 heures après les symptômes, elle atteint 16,4%, plus de 22% si on ajoute un antibiotique. La tendance est similaire avec l’hydroxychloroquine utilisée par le professeur Raoult : 18% de mortalité, et 23,8% si on l’associe à un antibiotique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne