Coronavirus : la CFDT pense qu'il "faut annuler" la réforme de l'assurance chômage et ne veut pas "se remettre sur la figure" sur celle des retraites

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était l\'invité du 8h30 de franceinfo jeudi 16 janvier 2020.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était l'invité du 8h30 de franceinfo jeudi 16 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, insiste vendredi sur franceinfo sur la nécessité, en raison de la crise du coronavirus, d'"annuler" la réforme de l'assurance chômage, "injuste dès le départ".

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger estime, vendredi 1er mai sur franceinfo, qu'il "faut annuler" la réforme de l'assurance chômage et ne veut pas "se remettre sur la figure" sur la réforme des retraites après le déconfinement. "La réforme de l'assurance chômage, dès le départ, la CFDT a été extrêmement claire, était profondément injuste, insiste Laurent Berger. Elle n'est plus adaptée du tout à la situation qu'on est en train de traverser. Évidemment qu'il faut annuler cette réforme et revenir aux règles antérieures. (…) Cette réforme, elle est finie. De notre point de vue, il faudrait que le gouvernement la retire".

"On ne va pas faire cette réforme"

Laurent Berger se montre plus modéré concernant la réforme des retraites car la CFDT soutient le calcul par points : "Pour l'instant, elle ne peut pas continuer telle quelle, indique le secrétaire général de la CFDT. On ne va pas au mois de septembre, se remettre sur la figure. (…) C'était extrêmement tendu entre les uns et les autres. On ne va pas faire cette réforme. Ce serait complètement dingue quand il va falloir une mobilisation très, très forte sur la relance du financement de nos services publics" et "qu'il va falloir se battre contre des suppressions d'emplois et qu'il va falloir sans doute inventer un autre modèle de développement".

Mais, même si "très clairement, on ne va pas repartir demain là où on était posés", ça "ne veut pas dire que la CFDT ne continue pas de penser qu'un système universel des retraites soit une bonne chose. C'est le cas. On pense que c'est une bonne chose. (…) Il faudra qu'un jour on revienne sur ce sujet d'un système universel des retraites. C'est une évidence", estime le syndicaliste.

Vous êtes à nouveau en ligne