Coronavirus : l'université de technologie Belfort-Montbéliard adapte des masques Décathlon pour les personnels soignants

Grâce à une pièce en plastique, l\'équipe d\'ingénieur a transformé un équipement sportif en masque de protection efficace contre le Covid - 19.
Grâce à une pièce en plastique, l'équipe d'ingénieur a transformé un équipement sportif en masque de protection efficace contre le Covid - 19. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Grâce à une pièce en plastique, l'équipe d'ingénieur a transformé un équipement sportif en masque de protection efficace contre le Covid-19.

À partir du masque de plongée commercialisé par Décathlon, des ingénieurs de l'université de technologie Belfort-Montbéliard (UTBM), à Sevenans (Territoire de Belfort), ont mis au point un prototype de masque de protection face au Covid-19, rapporte France Bleu Belfort-Montbéliard. Le modèle, destiné aux personnels de santé, a été imaginé avec l'hôpital de Trévenans.

Une soixantaine de masques produits par jour

Une pièce plastique imprimée en 3D a été ajoutée, permettant ainsi, "par un mécanisme de raccord, d’accueillir des filtres respiratoires spécifiques", explique l'hôpital de Trévenans dans un communiqué. La modification apportée sur les masques garantit "une protection optimale des personnels contre l’inhalation du virus, en plus de la protection contre les projections au niveau du visage assurée par le port du masque", affirme l'hôpital.

Contrairement aux masques chirurgicaux, le modèle universitaire est réutilisable : "Il suffit de les désinfecter par trempage, de changer la pièce de raccord fournie par l’UTBM et le filtre entre chaque utilisation". Décathlon a fait un don de 65 masques à l'hôpital. L’UTBM a ensuite utilisé tout son parc d’imprimantes 3D pour pouvoir produire une soixantaine de masques par jour, et répondre aux besoins exprimés par le service de réanimation.

Le service de réanimation a validé le matériel

Un second prototype a également été développé par les ingénieurs de l'UTBM : une visière offrant une protection adaptée pour la réalisation de certains soins. Elle sera utilisée dans tous les services de l'hôpital, en complément du port du masque FFP2.

Ces deux prototypes ont été validés lundi 30 mars par les réanimateurs, le service d’hygiène et les pharmaciens de l'hôpital. Leur production a été lancée dans le même temps.

Vous êtes à nouveau en ligne