Coronavirus : l'article à lire si vous comptez vous munir d'un masque "grand public"

Une couturière met un masque alternatif, le 6 avril 2020, à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Une couturière met un masque alternatif, le 6 avril 2020, à Marseille (Bouches-du-Rhône). (PATXI BELTZAIZ / HANS LUCAS / AFP)

L'exécutif vise un approvisionnement hebdomadaire de 25 millions de ces masques en France dès la fin avril, en vue notamment du déconfinement.

Ce sera l'un des accessoires clés du déconfinement, qui doit débuter le 11 mai en France. Des masques grand public seront en vente à partir du 4 mai dans certaines grandes surfaces et dans "toutes" les grandes enseignes "à partir du 11 mai"a annoncé la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, mercredi 29 avril, sur BFM Business.

Cette protection pourrait ainsi venir compléter l'ensemble des gestes barrières pour lutter contre la propagation du coronavirus, lorsque les restrictions de déplacement seront assouplies. Mais ces masques "barrières" sont-ils efficaces ? Et, surtout, où en trouver ? Franceinfo fait le point sur la situation.

Qu'est-ce qu'un masque "grand public" ?

Il faut distinguer les masques chirurgicaux et FFP2, réservés aux soignants, et les masques dits "grand public". Ces derniers sont des masques "anti-postillons", qui visent à freinent la propagation du virus en limitant la projection de gouttelettes. Ils doivent filtrer de 70 à 90% les particules de 3 micromètres et peuvent être notamment destinés aux professionnels en contact avec le public. Une cinquantaine d'entreprises françaises ont déjà reçu une homologation pour ce type de protection, sur la base des recommandations de l'Association française de normalisation (Afnor), qui gère les normes et les certifications en France.

"Vous les verrez bientôt, ils sont en tissu, lavables et réutilisables cinq, vingt, trente fois…", a précisé le ministre de la Santé, Olivier Véran, dimanche 19 avril. "L'écrasante majorité de ces masques 'grand public' répondront à des critères de filtration à 90%, a-t-il garanti deux jours plus tard. Ces masques ont l'intérêt d'être protecteurs, là où d'autres masques (...) n'offrent pas de garantie de protection parce qu'ils ne filtrent pas des particules suffisamment petites pour empêcher le virus de pénétrer ou de sortir."

Vont-ils devenir obligatoires ?

Aucune législation n'a pour l'instant été adoptée, ni annoncée, pour rendre obligatoire le port des masques "grand public" à chaque sortie. Il semble acté que certains publics ne seraient pas concernés, notamment les enfants : "Il est très compliqué de demander à un enfant de 10 ou 11 ans en école primaire de porter un masque toute la journée", a estimé le ministre de la Santé, Olivier Véran, vendredi 24 avril, sur France Inter.

En revanche, l'exécutif réfléchit à rendre le port du masque systématique dans certains lieux. "Les transports sont un des cas où le port du masque pourra être obligatoire à compter du 11 mai, nous sommes en train d'étudier les conditions dans lesquelles cela pourra être mis en œuvre", a ainsi déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe, dimanche 19 avril. L'Elysée a confirmé, jeudi, qu'il y avait de bonnes chances pour que cette obligation soit actée.

Une telle décision ne répondrait que partiellement aux appels de nombreux experts. "Quand on sera déconfinés, le virus circulera encore et il faudra absolument se protéger pour ne pas risquer de le transmettre à des personnes qui n'ont pas été malades", assure François Bricaire, infectiologue et membre de l'Académie de médecine, interrogé par franceinfo"Le port du masque anti-projections doit être généralisé dans l'espace public", recommande également l'Académie nationale de médecine, dans un communiqué publié mercredi 22 avril.

Mais je croyais que ces masques étaient inutiles ?

Comme l'a rappelé Sibeth Ndiaye sur franceinfo, lundi 20 avril, il n'y a "pas de consensus scientifique à ce stade sur l'utilité de l'utilisation du masque pour tous les Français"Plus précisément, les spécialistes s'accordent à dire qu'une protection en tissu n'est pas suffisante pour empêcher une personne d'être contaminée par le Covid-19. Mais elle permet de freiner la propagation de l'épidémie, en limitant les projections de gouttelettes dans lesquelles se trouvent le coronavirus.

"L'idée d'utiliser des masques recouvrant les voies respiratoires ou la bouche pour empêcher que la toux ou le reniflement projette la maladie dans l'environnement et vers les autres (...) n'est pas une mauvaise idée en soi", estime le docteur Mike Ryan, expert en situations d'urgence à l'OMS, lors d'une conférence de presse. L'Afnor a ainsi publié les schémas et patrons de deux modèles, validés par 150 experts pour leur fonction anti-postillons. Selon Olivier Véran, les masques "grand public" homologués en France "ont quasiment la même qualité de filtration que ceux des soignants".

Ils viendront compléter l'ensemble des gestes barrières permettant déjà de limiter la propagation du virus (tousser et éternuer dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique et se laver les mains fréquemment)"Le port du masque barrière ne dispense absolument pas d'observer les consignes sanitaires et de distanciation socialemartèle Olivier Gibert. Il ne s'agit que d'une protection supplémentaire." Il rappelle également que, pour être efficace, le masque doit être porté sur une peau nue, sans cheveux ni barbe, et doit bien recouvrir le nez et la bouche.

Il y en aura assez pour tout le monde ?

C'est l'objectif affiché du gouvernement. Et la France assure être en train de monter en puissance : "La production a atteint plus de 10 millions de masques [grand public] la semaine dernière et l'approvisionnement, par la production française et les importations, va s'accroître rapidement, pour dépasser 25 millions de masques lavables par semaine fin avril", assure la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher, aux Echos.

S'agissant des masques grand public, les quantités seront là car les circuits de production sont en place.Agnès Pannier-Runacheraux "Echos"

Plus de 240 entreprises françaises sont mobilisées pour fabriquer ces accessoires, "le plus souvent lavables et réutilisables", précise-t-elle. D'autres ont été identifiées au Maghreb, au Portugal et en Europe de l'Est, "des pays de tradition textile", pour "compléter la production française"Et les schémas pour fabriquer les modèles homologués par l'Afnor ont déjà été téléchargés près de 800 000 fois depuis le 27 mars, indique l'organisme à franceinfo.

Seront-ils gratuits ?

Pour l'instant, le gouvernement n'a pas clairement tranché cette question. Jeudi 24 avril, Agnès Pannier-Runacher a seulement précisé qu'un encadrement des prix n'était "pas d'actualité". "A la différence des masques chirurgicaux pour lequel un masque est similaire à un autre, ceux en textile sont très différenciés, a-t-elle justifié. (...) Je pense que chaque consommateur sera assez vite en position de choisir ce qui lui convient le mieux. En fonction du rapport qualité/prix, de la durabilité, du confort ou du style."

Le ministre de la Santé a indiqué que les masques "de base" coûteront entre 2 et 5 euros, rapporte BFM TV, dimanche 26 avril. "Il y en aura qui seront utilisables 50 fois par exemple et ceux-là coûteront peut-être entre 10 et 15 euros", précise Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), à la chaîne d'information. La Fédération a proposé à l'exécutif que les pharmacies distribuent gratuitement ces masques "aux plus précaires". L'objectif : éviter que "le prix soit un frein pour les personnes socialement fragiles", si le port devient obligatoire dans les lieux publics, comme le préconise le Conseil scientifique.

Les mairies ne sont-elles pas censées en distribuer ?

Emmanuel Macron a effectivement déclaré, le 13 avril, que "l'Etat, en lien avec les maires, devra[it] permettre à chacun de se procurer un masque grand public". Jeudi, lors d'une réunion avec 22 maires, le président a prévenu qu'il allait falloir "partager le fardeau financier" et a encouragé les élus à acheter des masques de façon massive, en plus des commandes de l'Etat.

"On est à l'heure de la grande débrouille et du chacun pour soi", déplorait, mercredi, André Robert, délégué général de l'Association des petites villes de France, interrogé par franceinfo. "Plusieurs municipalités ont pris les devants car le plan de déconfinement ne sera pas dévoilé avant fin avril", confirme Villes de France, association représentant les villes moyennes. Johanna Rolland, la maire socialiste de Nantes (Loire-Atlantique), a ainsi annoncé, lundi, avoir effectué une première commande de 600 000 masques lavables et réutilisables. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a promis que deux millions de protections en tissu seraient offerts aux habitants. Et à Cannes (Alpes-Maritimes), les premiers masques ont été envoyés par courrier dès lundi.

De son côté, la région Ile-de-France promet aussi des distributions. Sa présidente, Valérie Pécresse, a annoncé, jeudi, que des masques seraient offerts aux usagers des transports en commun. "Tous les voyageurs auront des masques qui seront donnés par la région", a-t-elle dit sur BFMTV.

Qui est prioritaire ?

Pendant le confinement, la production supervisée par l'Etat est avant tout destinée "aux entreprises qui souhaitent équiper leurs salariés et aux collectivités locales", précise la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher. Ces acteurs peuvent notamment obtenir des masques en se connectant sur la plateforme gouvernementale stopcovid19.fr. Dans certains secteurs, des partenariats ont été mis en place : "Depuis une semaine, Cdiscount livre les artisans et les commerçants en lien avec CCI France et CMA France", illustre-t-elle.

La Confédération des buralistes de France a annoncé, vendredi, sur RMC, qu'elle allait commercialiser, dès le 30 avril, deux millions de masques "lavables entre 10 et 15 fois", pour un prix compris "entre 4 et 5 euros". Ils s'adresseront d'abord "à tous ceux qui se sont remis au travail", avant une vente "pour tout le monde à partir du 4 mai".

A Paris, les deux millions de masques promis par la mairie ne seront pas distribués en même temps. Une première vague de 500 000 unités arrivera fin avril à destination des "plus fragiles : les plus de 70 ans, mais aussi les personnes atteintes de maladie chronique et les femmes enceintes", selon la maire, Anne Hidalgo. Le reste sera remis aux Parisiens d'ici "la mi-mai".

Est-ce que je peux déjà trouver un masque en ligne ou en pharmacie ?

Se procurer un masque par ses propres moyens est possible, mais pas encore partout. Les masques en tissu ne font partie des marchandises autorisées à la vente en pharmacie que depuis la publication d'un arrêté du ministère de la Santé, samedi 25 avril. Les officines peuvent commander "des masques non sanitaires fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables" depuis le 27 avril.

Les pharmacies ne sont donc pas encore toutes approvisionnées. "La moitié des officines n'en auront pas à disposition" lundi 27 avril, a estimé dimanche sur franceinfo le président de la section A de l'Ordre des pharmaciens, Pierre Béguerie. "Ce n'est donc pas la peine d'aller en pharmacies lundi pour acheter des masques", jugeait Philippe Besset, président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, sur BFM TV dimanche.

Le champ des possibles est très large et nous regardons tourtes les hypothèses : pharmaciens, mairies, grande distribution, buralistes, plateforme Afnor, e-commerce, etc. (...) De premières expérimentations seront faites à partir du 4 mai.Agnès Pannier-Runacheraux "Echos"

Plusieurs entreprises proposent déjà des masques en tissu à la vente en ligne. Mais tous n'offrent pas le même niveau de protection. L'Afnor recommande ainsi "d'être vigilant aux modèles très répandus comportant une ou plusieurs coutures verticales, le long du nez, de la bouche et du menton". Cette solution a en effet été écartée par les experts consultés par l'organisme en raison du "risque de fuite [de projections] par la couture".

Pour être sûr de vous procurer un masque respectant les normes "anti-postillons", le plus simple est de vous rendre sur la plateforme lancée par l'Afnor lundi. Elle met en relation des fabricants de chaque département (artisans, particuliers ou industriels) avec les demandeurs, qu'il s'agisse de particuliers ou de collectivités. "Les offreurs de masques s'engageront à les proposer gratuitement, ou à prix coûtant", précise l'Afnor. L'organisme, qui recense "2 600 couturiers pour 79 000 demandeurs" sur sa plateforme, rappelle que d'autres initiatives solidaires ont été lancées, notamment par des couturiers et des mairies.

Et si je veux en fabriquer un moi-même ?

C'est possible, mais cela demande de la précision et quelques compétences en couture ! L'Afnor a édité un guide pour fabriquer son propre masque "barrière". Il comporte des schémas et des patrons, une liste de matériaux à utiliser et à éviter, ainsi que les recommandations pour bien utiliser cette protection. Le site L'Atelier des gourdes a par ailleurs mis en ligne un tutoriel vidéo pour vous aider à réaliser un masque selon les normes établies.

Vous trouverez de nombreux autres guides pour réaliser votre propre masque sur le web, mais tous ne se valent pas. Il n'est, par exemple, pas conseillé de nouer un foulard ou une écharpe autour de sa bouche en guise de protection. L'Afnor met également en garde contre l'utilisation de filtres à café ou de sacs d'aspirateur, suggérée dans certains tutoriels. Ces matériaux sont "susceptibles de libérer dans l'air inhalé des substances irritantes pouvant causer un risque d'allergie"Mieux vaut donc toujours vous assurer que le guide que vous choisissez respecte les recommandations de l'Afnor.

J'ai eu la flemme de tout lire, vous me faites un résumé ?

Edouard Philippe a indiqué, dimanche 19 avril, que le port du masque "grand public" serait probablement "obligatoire" dans certains lieux à partir du 11 mai. Ces masques "barrières", en tissu et lavables, viendront compléter les autres gestes barrières en empêchant la projection de postillons. Il faudra néanmoins attendre que le gouvernement dévoile son plan de déconfinement, mardi 28 avril, pour savoir si le port du masque est obligatoire dans les lieux publics.

En attentant, plusieurs collectivités ont pris les devants. Des villes comme Paris, Nantes ou Cannes ont déjà annoncé la distribution de masques en tissu à leurs administrés. Et les pharmacies sont désormais autorisées à en vendre.

L'Association française de normalisation (Afnor), qui gère les normes et les certifications en France, a de son côté créé une plateforme mettant en relation les fabricants avec des demandeurs. L'organisme a également mis en ligne un guide pour fabriquer son propre masque barrière, avec des patrons et les matériaux recommandés. Mais attention : il s'adresse aussi bien aux professionnels qu'aux amateurs, et nécessite quelques compétences en couture !

Vous êtes à nouveau en ligne