Coronavirus : l'article à lire pour tout comprendre au Covid-19

L\'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 22 mars 2020, sixième jour du confinement en réaction à la pandemie de Covid-19. 
L'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 22 mars 2020, sixième jour du confinement en réaction à la pandemie de Covid-19.  (PHILIPPE LABROSSE / HANS LUCAS / AFP)

Depuis bientôt trois mois, la rédaction de franceinfo couvre les questions soulevées par ce nouveau coronavirus et vous propose de retrouver l'ensemble de ses réponses dans un article.

La courbe des chiffres du coronavirus ne cesse de croître. L'épidémie tue plus et touche de plus en plus de pays. Plus de 2,6 milliards de personnes dans le monde ont été appelées à se confiner et plus de 18 000 sont mortes. La France compte près de 20 000 cas et 1 100 morts, mardi 24 mars. Au total, mardi soir, 2 516 patients étaient en réanimation.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la situation en direct avec franceinfo

Depuis le passage au stade 3 du plan de lutte contre les pandémies, samedi 14 mars, Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures visant à durcir le confinement afin d'endiguer la propagation du virus : les activités physiques sont désormais limitées à un rayon de 1 km, les marchés ouverts sont désormais interdits et le couvre-feu au niveau local est désormais possible.

Mais qu'est-ce vraiment que le coronavirus Covid-19 ? A quel point est-il dangereux ? Peut-on en guérir ? Et comment s'en protéger ? Depuis bientôt trois mois, la rédaction de franceinfo se penche sur ces questions, et vous propose aujourd'hui de retrouver l'ensemble de ses réponses dans un article.

Qu'est-ce que le coronavirus Covid-19 ?

Un temps baptisé 2019-nCoV, le Covid-19 est le dernier né d'une famille bien connue : les coronavirus. Entourés d'une capsule de protéines en forme de couronne ("corona" en latin), ces virus provoquent des infections des voies respiratoires et sont très courants chez certains animaux, comme la chauve-souris et le dromadaire.

La plupart des coronavirus entraînent des rhumes ou des syndromes grippaux bénins, mais certains sont bien plus sérieux et peuvent provoquer des maladies comme le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), qui a tué environ 800 personnes en 2003, et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers), apparu en 2012 et responsable de plus de 500 morts. Apparu en fin d'année 2019 dans la ville chinoise de Wuhan et déjà responsable de près de 20 000 décès dans le monde, le Covid-19 fait malheureusement partie de la deuxième catégorie.

>> Ils peuvent déclencher un simple rhume ou dégénérer en pneumonie mortelle : cinq questions pas si bêtes sur les coronavirus

Quels sont les symptômes ?

L'une des principales difficultés soulevées par le Covid-19 est de le différencier d'une simple grippe saisonnière. La plupart des patients atteints font en effet état de maux de tête, de fatigue intense ou passagère, de toux, de fièvre ou d'insuffisance respiratoire. "J'ai commencé par avoir un rhume et de la toux, rapportait ainsi à franceinfo un médecin atteint par le virus. Au début, je n'ai même pas pensé à la grippe, je pensais plutôt à un rhino-virus. Il y avait aussi la fatigue, la perte d'odorat, du goût… En vérité, si je n'avais pas entendu parler du coronavirus, jamais je n'aurais soupçonné en être atteint." Autre possible symptôme, la perte de l'odorat. Le numéro deux du ministère de la Santé, Jérôme Salomon, a ainsi évoqué, vendredi 20 mars, lors de son point quotidien sur l'épidémie, une recrudescence des cas "d'anosmie" (le nom savant de la perte d'odorat) et parfois "d'agueusie" (disparition du goût). 

>>Coronavirus : les 18 réponses à vos questions les plus fréquentes sur la maladie

Il est également possible de ne ressentir que de faibles symptômes, voire de se sentir parfaitement en forme, expliquait l'épidémiologiste et ancien directeur général de la santé William Dab lors d'une session de questions-réponses organisée avec les lecteurs de franceinfo. Ce qui ne le rend pas anodin pour autant : le Covid-19 reste contagieux aussi bien pendant la période d'incubation, qui peut durer entre 2 et 14 jours, qu'une fois les symptômes apparus.

Est-ce que je peux mourir du coronavirus ?

C'est possible, mais tout le monde n'est pas sur un pied d'égalité face à la maladie. Le nombre de morts a connu une accélération brutale ces derniers jours dans les différents pays d'Europe. L'Italie, qui a recensé son premier décès lié au coronavirus fin février, compte désormais plus de 6 800 morts, selon le bilan du mercredi 25 mars. L'Espagne en totalisait 3 434 morts, mercredi 25 mars

Tout le monde n'est pas sur un pied d'égalité face à la maladie. Publiées le 17 février par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CCDC), ces données sont toujours les plus complètes à ce jour et montrent en effet que le taux de létalité du Covid-19 augmente avec l'âge. Selon ces chiffres, seules 0,2% des personnes infectées de 39 ans ou moins meurent de ce nouveau coronavirus. Ce taux passe à 0,4% chez les quadragénaires, 1,3% chez les 50-59 ans, 3,6% chez les 60-69 ans et 8% chez les 70-79 ans. Les personnes âgées de plus de 80 ans sont les plus vulnérables, avec un taux de létalité de 14,8%.

>> INFOGRAPHIES. Moins létal que le Sras, plus contagieux que le H1N1… Trois indicateurs pour comprendre le coronavirus 2019-nCoV

Mais l'âge ne fait pas tout. Les données chinoises montrent également que le Covid-19 tue davantage (10,5%) les personnes déjà atteintes par une maladie cardiovasculaire (insuffisance cardiaque, antécédents liés à des AVC ou des infarctus…) et les diabétiques (7,3%). Les patients qui souffrent d'hypertension (6%) ou d'un cancer (5,6%) présentent aussi un taux de létalité plus élevé, alors qu'il tombe à 0,9% chez l'ensemble des personnes en bonne santé. Bonne nouvelle toutefois : ces taux pourraient être surestimés, car on ignore combien de personnes sont réellement infectées.

>> Coronavirus : qui sont les patients les plus vulnérables face au Covid-19 ?

En France, le dernier point hebdomadaire de Santé publique France datant du 18 mars a étudié les caractéristiques des cas confirmés, qui étaient de 6 378 au moment de l'étude. Elle arrive aux mêmes conclusions que les études chinoises : le virus tue majoritairement les personnes les plus âgées puisque les personnes de plus de 75 ans représentent près de 80% des décès.

Comment s'attrape-t-il ?

Si des chercheurs chinois soupçonnent le pangolin, petit mammifère menacé d'extinction, d'avoir facilité la transmission du Covid-19 aux humains, on ignore encore précisément l'origine du virus. Fort heureusement, les autorités sanitaires cernent désormais bien la manière dont le nouveau coronavirus se transmet d'un individu à un autre. On estime d'ailleurs que chaque malade infecterait entre deux et trois personnes en l'absence de mesures de contrôle. C'est plus que la grippe (1,3), nettement moins que la rougeole (plus de 12) et comparable au Sras (3).

L'Organisation mondiale de la santé indique ainsi que pour transiter d'un organisme à un autre, le Covid-19 utilise des "gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu'une personne tousse ou éternue". Sous cette forme, il n'est viable que durant quelques secondes, ces projections peuvent donc vous contaminer si vous les inhalez directement, mais aussi si vous touchez un objet ou une surface qui a été en contact avec elles, puis que vous portez vos mains à vos yeux, votre nez ou votre bouche. Il n'y a en revanche pas de risque important de contracter le virus en mangeant, à condition de faire cuire vos aliments ou de les pasteuriser.

>> Rapports sexuels, transports en commun, nourriture : six questions sur la manière dont le coronavirus peut se transmettre

Comment m'en protéger ?

Comme indiqué plus haut, le Covid-19 se propage directement ou indirectement par des sécrétions contaminées. Pour éviter d'ingérer par mégarde des gouttelettes infectées, la principale mesure recommandée par les autorités sanitaires est de se laver très fréquemment les mains au savon ou d'utiliser une solution hydroalcoolique. Cela permet de s'épargner une contamination lorsqu'on les porte au visage. Attention : il ne s'agit pas de se savonner mollement les doigts en dix secondes, mais de nettoyer l'ensemble de la surface des mains. L'OMS a publié des recommandations précises en la matière.

Le ministère de la Santé préconise également de tousser ou éternuer dans son coude plutôt que dans sa main, d'utiliser des mouchoirs à usage unique et de les jeter une fois utilisés. Précision de taille : les autorités sanitaires déconseillent l'utilisation d'un masque chirurgical si vous êtes en bonne santé.

>> VIDEO. Coronavirus : voici les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Mais ces gestes ne suffisent pas à enrayer la progression du virus. Il faut limiter au maximum les interactions sociales pour éviter de se faire contaminer ou transmettre la maladie. Le mot d'ordre répété en France et à travers le monde est le même : "restez-chez vous". 

>> Coronavirus : quelle est l'efficacité du confinement face à l'épidémie de Covid-19 ?

Berceau de l'épidémie du Covid-19, la ville chinoise de Wuhan, où le confinement à domicile a été décrété le 23 janvier, sert d'exemple en la matière. "Avant ces mesures [de confinement], les experts estimaient que chaque personne contaminée transmettait le coronavirus à plus de deux autres personnes. Entre le 16 et le 30 janvier, période comprenant les sept premiers jours de confinement, ce ratio est tombé à 1,05", selon une étude relayée par la revue britannique NatureMais il a fallu attendre une semaine de plus pour que les premiers effets se fassent sentir. 

Que faire si je suis atteint ?

Si vous commencez à ressentir des symptômes d'infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés à respirer normalement…), inutile de vous rendre chez votre médecin ou aux urgences : vous risqueriez de contaminer d'autres personnes à votre insu. Contactez le Samu en composant le 15 sur votre téléphone et décrivez vos symptômes : des professionnels formés vous indiqueront la marche à suivre. Evitez quoi qu'il en soit les contacts rapprochés avec votre entourage.

C'est à ce moment, et pas avant, que vous pouvez commencer à porter un masque. Inutile d'investir dans les modèles FFP2, souvent reconnaissables grâce à leur forme de bec de canard. Plus chers et équipés d'un dispositif de filtration, ils sont "réservés exclusivement aux personnels hospitaliers, en contact étroit et prolongé avec des cas confirmés et qui réalisent des gestes médicaux invasifs", indique le ministère de la Santé. La France fait d'ailleurs face à une situation de pénurie concernant ces masques et l'Etat a dû relancer à la hâte la fabrication de ces précieuses protections.

>>Coronavirus : pourquoi la France manque-t-elle de masques de protection respiratoire ?

Un simple masque de chirurgien en papier jetable vous permettra de protéger votre entourage de votre toux, vos éternuements ou vos postillons qui peuvent transmettre le virus. Pensez simplement à le jeter dès qu'il sera mouillé ou souillé, et à bien vous laver les mains à l'eau et au savon une fois que cela sera fait.

>> Coronavirus : cinq questions sur l'utilisation de masques contre le Covid-19

Peut-on guérir du coronavirus Covid-19 ?

Oui. Et la guérison concerne même la majorité des cas. Selon ce bilan en temps réel réalisé par une équipe américaine à partir des données diffusées par les autorités sanitaires du monde entier, plus de 111 800 patients infectés par le Covid-19 sont désormais hors de danger, sur plus de 436 000 cas détectés, mercredi 25 mars. "La maladie guérit spontanément dans la très grande majorité des cas", indiquait à franceinfo l'épidémiologiste et ancien directeur général de la santé William Dab, précisant tout de même que "les cas graves développent une insuffisance respiratoire qui peut justifier la mise sous respirateur artificiel".

>> Peut-on guérir d'une infection au coronavirus Covid-19 ?

Comme l'expliquait à franceinfo Philippe Brouqui, de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de Marseille, "comme pour toutes les maladies respiratoires excepté la grippe, il n'existe pas de traitement antiviral spécifique" contre le nouveau coronavirus. La prise en charge médicale se contente donc d'atténuer les symptômes en attendant que la maladie quitte l'organisme. Un traitement contre le paludisme, la chloroquine, a montré des signes d'efficacité contre ce coronavirus. Il est notamment mis en avant par le professeur Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses à Marseille. Mais des experts appellent à la prudence en l'absence d'études plus poussées et en raison de ses effets indésirables qui peuvent être graves.

>> Coronavirus : quatre questions sur la chloroquine, présentée par le professeur Raoult comme la meilleure arme contre le Covid-19

Existe-t-il un vaccin ?

Non, mais des chercheurs du monde entier y travaillent. En France, les scientifiques de l'Institut Pasteur se penchent actuellement sur une première génération de prototypes. Ils espèrent aboutir, d'ici au début de l'automne prochain, à un premier vaccin, basé sur celui de la rougeole. 

Un essai clinique européen dont le but consiste à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19 a débuté, dimanche 22 mars, en France, annonce l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui coordonne les recherches. L'essai inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères de la maladie.

>>Coronavirus : un essai clinique européen débute pour quatre traitements expérimentaux avec plus de 3 000 patients

Aux Etats-Unis, le vice-président Mike Pence, qui coordonne la lutte contre l'épidémie, a annoncé début mars qu'un traitement pourrait être disponible "d'ici l'été ou le début de l'automne", et que les premiers essais cliniques pour un vaccin pourraient avoir lieu "dans les six prochaines semaines".

A Seattle, le premier essai clinique d'un possible vaccin a débuté. Les Instituts nationaux de santé américains ont annoncé lundi 16 mars l'ouverture d'un premier essai clinique à Seattle du mRNA-1273, développé par Moderna. La société de biotechnologie américaine Inovio Pharmaceuticals affirme que son propre projet de vaccin est presque aussi avancé. "Nous prévoyons de commencer les essais cliniques aux Etats-Unis en avril", promettait son président J. Joseph Kim début mars. Enfin, le remdesivir est la piste la plus prometteuse selon l'OMS. Sa phase d'essais cliniques a été lancée début mars en Chine devrait donner ses premiers résultats en avril.

>> Coronavirus : une course au vaccin s'est engagée dans le monde entier

Quand l'épidémie de coronavirus prendra-t-elle fin ?

C'est la question que tout le monde se pose. Bouclée par un cordon sanitaire depuis la fin janvier, la province chinoise du Hubei, qui concentre l'essentiel des cas de Covid-19 enregistrés à l'échelle mondiale, va reprendre une vie normale progressivement. La ville chinoise de Wuhan va lever le 8 avril ses restrictions aux déplacements après plus de deux mois de confinement, ont annoncé mardi 24 mars les autorités. Le reste de la province bénéficiera de cette mesure dès ce mercredi 25 mars. Seuls les habitants considérés comme sains pourront dans un premier temps se déplacer librement.

En France, le Conseil scientifique de l'exécutif a estimé "indispensable de prolonger le confinement" en France pour limiter la propagation du coronavirus. Il "durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place" le 17 mars, écrit-il dans un avis rendu public mardi 24 mars. Les membres du conseil estiment encore que "le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l'alternative d'une politique de dépistage à grande échelle et d'isolement des personnes détectées n'étant pas pour l'instant réalisable à l'échelle nationale."

J'ai eu la flemme de tout lire et je suis directement allé à la fin de l'article, vous me faites un résumé ?

Apparu en novembre dans la province chinoise du Hubei, le Covid-19 est le dernier né de la famille des coronavirus. Ceux-ci provoquent le plus souvent des maladies bénignes, mais sont parfois à l'origine d'épidémies très sérieuses, comme le Sras ou le Mers. Malheureusement, c'est le cas du Covid-19.

Ce nouveau coronavirus, dont l'origine est encore mal connue, provoque des symptômes similaires à ceux de la grippe saisonnière : toux, fièvre, rhume, difficultés respiratoires, parfois perte d'odorat… Rien de bien méchant sur le papier, sauf que ce virus est plus contagieux que celui de la grippe, et que la mortalité qui lui est associée augmente avec l'âge et l'existence de maladies chroniques (hypertension artérielle, problèmes cardiaques, diabète…) chez les patients atteints.

En attendant qu'un traitement ou un vaccin soient élaborés, la médecine ne peut que soulager les symptômes de ce coronavirus, dont plus de 80 000 personnes, au moins, ont déjà guéri. Pour éviter d'être infecté et de propager le virus, il faut adopter des réflexes simples, comme se laver fréquemment et méticuleusement les mains au savon, tousser ou éternuer dans son coude et utiliser des mouchoirs à usage unique. Inutile en revanche de porter un masque si vous n'êtes pas malade.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Comment le ministère de la Santé comptabilise-t-il les morts liées à l'épidémie ?

• Infographies. Cas confirmés, mortalité, localisation... L'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Témoignages. "Voir quelqu'un suffoquer, c'est très dur à vivre" : les personnels des Ehpad au bord de l'épuisement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Vous êtes à nouveau en ligne