Coronavirus : l'appel à l'aide de la Guadeloupe

La Guadeloupe est passée au rouge face à la Covid-19. Mi-août, il y avait quatre patients dans les services de réanimation, ils sont plus de 100 lundi 21 septembre et les services s'engorgent. L'île appelle à l'aide.

En périphérie de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), le CHU commence à manquer de place pour les malades lundi 21 septembre. Certains d'entre eux sont installés dans une ancienne cantine. Marc Valette, le chef du service réanimation doit "pousser les murs". Depuis la mi-août, ses équipes sont sous haute tension. "En un mois, on a fait 80 patients, alors qu'on avait fait 30 patients en deux ou trois mois lors de la première vague. Pour nous, il y a une vitesse (d'installation c bien ce mot) qui est démesurée", explique le docteur Marc Valette.

Des militaires appelés en renfort

L'accueil des urgences Covid est débordé. Les ambulances se succèdent et ramènent jusqu'à 25 patients par jour. "Il nous manque de la place, des médecins, des brancards, du matériel. Il nous manque tout", soupire Lesly Caneval, infirmière au CHU. La priorité du CHU est de trouver du personnel : entre 50 et 80 soignants sont nécessaires. L'hôpital tente d'attirer les volontaires. Grâce à la réserve sanitaire, 20 soignants de métropole appuient les équipes de Pointe-à-Pitre. Des militaires pourraient aussi prêter main-forte d'ici la fin septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne