Coronavirus : l'annulation du festival Solidays était "la seule solution", explique son fondateur qui appelle à ne pas annuler les billets achetés

Le 23 juin 2019 à l\'hippodrome de Longchamp, 228 000 festivaliers avaient répondu à l\'appel de Solidays.
Le 23 juin 2019 à l'hippodrome de Longchamp, 228 000 festivaliers avaient répondu à l'appel de Solidays. (- / AFP)

Luc Barruet travaille aussi "avec les partenaires publics et privés pour que les subventions soient maintenues".

"C'est une des décisions les plus difficiles que j'ai eue à prendre dans ma vie", a déclaré lundi 13 avril Luc Barruet, fondateur de l'association Solidarité Sida et du festival Solidays. La 22e édition du festival de musique parisien qui devait se dérouler à l'hippodrome de Longchamp de Paris du 19 an 21 juin prochain, est annulée, en raison de la crise sanitaire du Covid-19, a-t-il annoncé au journal Le Parisien et ne pourra pas être reportée.

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

L'"avenir du festival se pose", car l'organisation a déjà engagé "entre 400 000 et 500 000 euros pour cette édition", a expliqué Luc Barruet. Mais "c'est la seule solution, même si elle nous coûte beaucoup", a-il commenté dans la matinée sur France Inter.

Dans un premier temps, l'association Solidarité Sida avait envisagé "de reporter" l'événement. Mais "les autorités administratives sont dans le flou comme nous", a précisé Luc Barruet. "Même aujourd'hui, rien ne laisse penser que les rassemblement seront autorisés fin août. Nombreux sont les organisateurs à se poser la question de savoir s'ils pourront tenir leur manifestation, même les gens qui organisent des mariages de 100 personnes. Ce serait bien que le gouvernement prenne position sur le sujet. Le pire aurait été de reporter puis d'annuler", a ajouté le fondateur du festival. 

L'avenir de la fondation et du festival est lui, largement remis en question selon son fondateur. "Ce festival sert à récolter des fonds pour lutter contre le sida mais pas que. On n'a pas vocation à organiser une grande fête populaire et musicale tous les ans. On a plein d'objectifs de promotion de la solidarité, d'éducation populaire, de sensibilisation. Mais en bout de parcours ce qu'il reste, c'est l'argent récolté".

3,2 millions récoltés l'an dernier en faveur de la lutte contre le sida

L'an dernier, le record de fréquentation de 230 000 visiteurs a permis de lever 3,2 millions d'euros. L'argent a permis, de payer les 10 000 employés du festival, d'aider différentes associations et de financer 108 programmes "dont plusieurs en Afrique", a expliqué Luc Barruet. "Les associations africaines sont en première ligne pour l'épidémie de Covid 19. Imaginez ce que vivent le Burkina ou la République centrafricaine avec cette épidémie. Demain, lutter contre le sida sera secondaire par rapport à lutter contre le Covid". Luc Barruet se demande donc "qu'est-ce qu'on va faire de cette crise, qui va laisser des séquelles ?"

Pour la suite, le fondateur explique ne pas avoir "36 solutions. On va essayer de travailler avec les partenaires publics et privés du festival pour que les subventions soient maintenues. Que certains festivaliers ne demandent pas l'annulation de leur billet, (on en avait vendu près de 65%, plus de 40 000 billets)".

Ceux qui veulent [le remboursement] ne seront pas jugés pour autant. Luc Barruet, fondateur de l'association Solidarité Sida et du festival Solidaysà France Inter

Après le Hellfest et Lollapalooza, c'est un autre grand festival qui se voit contraint d'abdiquer. Cette décision a été prise en raison de l'incertitude sur la date du déconfinement en France. C'est la première fois depuis sa création, en 1999, que le festival Solidays ne peut pas se tenir. Parmi les noms qui étaient à l'affiche pour ce festival : Black Eyed Peas, Aya Nakamura, Justice, Laurent Garnier, Sean Paul, Suzane, Metronomy, -M-, PNL, Niska, Kompromat et Skip The Use.

Vous êtes à nouveau en ligne