Coronavirus : l'angoisse des malades dont les opérations sont déprogrammées

France 2

Les malades, notamment du cancer, dont les opérations ont été déprogrammées durant la pandémie, se retrouvent dans des situations parfois difficiles à vivre dans l’attente d’une nouvelle date. 

L’une des conséquences de la crise sanitaire est le report des opérations chirurgicales les moins urgentes, et ce pour libérer des lits dans les hôpitaux. C’est dans ces conditions que l’association Rose Up défend la cause des malades du cancer, rappelant que parfois ils doivent être opérés en urgence. Caroline Gilles lutte depuis deux ans contre un cancer du sein.

Tenter de trouver des alternatives 

Après une première mastectomie et 42 chimiothérapies et radiothérapies, elle devait subir une seconde mastectomie. « Ma programmation c’était le 20 octobre 2020, malheureusement elle a été repoussée en raison du Covid », explique-t-elle. Porteuse d’un gène qui le prédispose au cancer, elle s’était préparée psychologiquement et physiquement à la deuxième ablation. Rose Up tente de trouver des solutions à ces malades, notamment des lieux différents pour effectuer les examens et les opérations. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne