Coronavirus : "Il faut que tous les établissements et les services à domicile de France aient le nombre de masques nécessaires", exhorte une association d’Ehpad

Une soignante portant un masque de protection nettoie le mobilier avec une solution antiseptique dans un EHPAD proche de Montpellier le 24 mars 2020. Photo d\'illustration.
Une soignante portant un masque de protection nettoie le mobilier avec une solution antiseptique dans un EHPAD proche de Montpellier le 24 mars 2020. Photo d'illustration. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Pour lutter contre la propagation du coronavirus dans les Ehpad, le gouvernement a évoqué samedi l'isolement individuel de chaque résident dans les chambres. Pour Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), l'urgence de l'ugence ce sont les masques.

"Il faut que tous les établissements et les services à domicile de France aient le nombre de masques nécessaires", a exhorté sur franceinfo dimanche 29 mars Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), après les annonces du Premier ministre Edouard Philippe et du ministre de la Santé Olivier Véran samedi, notamment pour protéger les personnes âgées du coronavirus.

Coronavirus : suivez notre direct sur la situation en France et à l'étranger

franceinfo : Est-ce que les mesures d'isolement individuel des pensionnaires et de tests prioritaires des personnels sont les bonnes pour protéger au mieux nos aînés dans les Ehpad ?

Pascal Champvert : Je ne sais pas si ces mesures sont les bonnes. Nous allons déjà attendre lundi matin d'avoir l'avis du Comité national consultatif d’éthique, qui a été saisi par le gouvernement pour donner son avis sur cette question du confinement. Il ne faut pas oublier que même en période de crise, nous restons une démocratie et que les questions d'éthique doivent être posées au même moment que les questions de sécurité physique. C'est absolument fondamental.

De nombreuses personnes âgées n'ont plus de contacts physiques avec leur famille. N’est-ce pas déjà très difficile à supporter pour elles ?

Absolument. Ce manque de relations est très difficile. Ce qui est également extrêmement difficile, c'est le nombre de professionnels dans les établissements. Confiner tous les résidents, cela pose des questions éthiques, sur la vie quotidienne des résidents, surtout que ça n’est pas pour trois ou quatre jours.

La période de confinement est extrêmement longue et cela demande un surcroît de travail très important pour les équipes.Pascal Champvertà franceinfo

Dans un hôtel, s’il n'y a pas de "room service" partout et si, quand il y en a on vous le fait parfois payer, c'est juste que c'est beaucoup plus long et beaucoup plus compliqué de servir un repas en chambre plutôt que de le servir dans le restaurant. Voilà un des éléments et il y en a plein d'autres.

Les commandes de matériel – et notamment de masques – sont-elles suffisantes ?

Il faut que tous les établissements et tous les services à domicile de France aient le nombre de masques nécessaires. Nous avons fait vendredi un conseil d'administration de l'association que je préside et des collègues nous ont indiqué que, dans certaines régions, les agences régionales de santé donnent un masque par salarié alors qu'il en faut au minimum deux par jour. Il y a des ARS qui disent qu’il n'y aura des masques que lorsqu'il y aura le coronavirus dans un établissement. C’est absolument inacceptable !

Le masque, c'est ce qui empêche le coronavirus d'entrer dans l'établissement. S'il n'y en a pas pour tous les résidents, toutes les personnes accompagnées à domicile, ça veut dire que des salariés contaminent des personnes âgées et qu'ensuite des personnes âgées contaminent des salariés.Pascal Champvertà franceinfo

L'urgence de l'urgence, c'est que tous les masques présents soient bien distribués à tous les établissements, à tous les services à domicile de France. C'est ce sur quoi il faut mettre la première priorité. En clair, lundi matin, il doit y avoir le nombre de masques nécessaires correspondant aux protocoles mis en place par les spécialistes. Par ailleurs, la distribution aux services à domicile ne s'est pas bien passée. Il faut que le tir soit corrigé d'extrême urgence (…) Il faut aussi que toutes les régions de France se mobilisent.

Vous êtes à nouveau en ligne