Coronavirus : "Il faut que ce soit le retour du politique", lance le député LR Aurélien Pradié

Le secrétaire général des Républicains, député du lot, Aurélien Pradié, était l'invité du "8.30 de franceinfo", le 29 mars 2020.

La crise du coronavirus doit appeler à des changements et "il faut que ce soit le retour du politique", a plaidé sur franceinfo dimanche 29 mars Aurélien Pradié, député Les Républicains du Lot. Il a estimé que la crise "est révélatrice de la désorganisation totale de l’État dans notre pays", évoquant un État "réduit au stade de squelette".

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

"Qu’une grande nation comme la France soit incapable aujourd’hui de fournir des masques à l’ensemble de ses professionnels de santé, de généraliser les tests, c’est le signe d’un affaiblissement de l’État, de la nation et notre pays tout entier", soutient Aurélien Pradié, député LR du Lot.

"Nous n’avons plus d’État stratège"

D’après celui qui est aussi secrétaire général de son parti, le recours à la Chine pour fabriquer des masques "dit tout de l’abandon que nous avons eu de pans absolument stratégiques dans notre pays". Il a affirmé : "Nous n’avons plus d’Etat stratège", estimant qu’il s’agit plutôt "d’un État obèse, qui s’occupe de tout et de n’importe quoi, qui fait beaucoup de communication mais qui concrètement, sur des sujets stratégiques, est incapable de s’organiser". D’après lui, il faut donc "retrouver un État qui fixe des caps pour l’avenir de la Nation".

"Une erreur largement partagée"

Pour autant, le député Les Républicains du Lot reconnaît que "c’est une erreur largement partagée par les gouvernements de droite comme par les gouvernements de gauche". Il faut donc selon lui  "que le gouvernement se remette en cause et que tous les bords politiques le fassent aussi". Aurélien Pradié a estimé que "depuis de nombreuses années, ce sont les experts qui nous dictent les choses. On s’interdit, pour des raisons dogmatiques, de traiter tel ou tel sujet". Il reconnaît également que la gestion financière n’a pas été adaptée : "Cette crise va coûter des milliards d’euros, que les uns et les autres ont veillé à nous faire économiser depuis des années, notamment en affaiblissant les services publics. Ils partent en fumée en l’espace d’un petit mois de crise sanitaire", a-t-il déploré. Face à ce constat, il faut selon lui s’interroger.

Quel est l’avenir de l’homme dans nos nations ? Est-ce que c’est de produire seulement de la valeur financière ou du progrès humain ?

Aurélien Pradié, député LR

à franceinfo

Aurélien Pradié en a alors appelé à "l’idée du gaullisme : celle de la Nation, de la place de l’État."

Vous êtes à nouveau en ligne