Coronavirus : écoles, stades, concerts... Le casse-tête des fermetures et des annulations d’événements

Un homme portant un masque de protection fait ses courses sur le marché de Crépy-en-Valois (Oise) le 1er mars 2020, avant son évacuation par la police en raison de l\'interdiction liée à l\'apparition du nouveau coronavirus.
Un homme portant un masque de protection fait ses courses sur le marché de Crépy-en-Valois (Oise) le 1er mars 2020, avant son évacuation par la police en raison de l'interdiction liée à l'apparition du nouveau coronavirus. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Les règles établies par le ministère de la Santé établissent des grands principes, mais placent de nombreux Français dans l'incertitude.

Salon de l'agriculture écourté, semi-marathon de Paris reporté, fermeture d'établissements scolaires et suspensions des messes dans l'Oise : il n'aura fallu que quelques heures pour que l'intensification de l'épidémie de coronavirus Covid-19 commence à avoir des effets concrets sur la vie quotidienne des Français.

>> Coronavirus : suivez les développements de l'épidémie en direct

Afin de limiter la propagation de la maladie et de "gagner du temps", le ministre de la Santé a annoncé, samedi 29 février, une batterie de mesures destinées à protéger la population. La plus spectaculaire a été l'annulation "jusqu'à nouvel ordre" de tous les "rassemblements de plus de 5 000 personnes" en milieu fermé, mais pas seulement. Selon quels critères sont décidées ces interdictions ? Sont-elles toujours claires ? Franceinfo récapitule.

Dans l'Oise et une partie de la Haute-Savoie, des interdictions strictes (et pas toujours évidentes)

Les mesures les plus draconiennes concernent les deux principaux foyers de propagation du virus en France, l'Oise (d'où sont issus 36 cas) et la commune de La Balme-de-Sillingy, en Haute-Savoie. Dans l'Oise et à La Balme, "tous les rassemblements seront interdits jusqu'à nouvel ordre", a indiqué Olivier Véran.

Dans les cinq communes de l'Oise particulièrement touchées (Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-Sec) ainsi qu'à La Balme, "nous recommandons aux habitants de limiter leurs déplacements" et "si possible recourir au télétravail", a précisé le ministre de la Santé.

FRANCE 2

Dans l'Oise, l'ensemble des établissements scolaires de l'agglomération de Creil (Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise, Villers-Saint-Paul) et des communes de Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lagny-le-Sec et Lamorlaye resteront fermés, alors qu'ils auraient dû rouvrir lundi après la fin des vacances d'hiver.

S'il se satisfait d'être désormais clairement informé des mesures prises dans sa commune, le maire de Creil, Jean-Claude Villemain (PS), estime dans les colonnes du Parisien qu'il "y a encore des zones d'ombre à éclaircir""Quid des Creillois scolarisés en dehors de la zone ? Nous n'avons pas eu de réponses. Tout comme l'interdiction de la tenue des marchés municipaux quand les grandes surfaces peuvent, elles, ouvrir…" note l'édile.

Des annulations (et des questions) pour les rassemblements de plus de 5 000 personnes

Olivier Véran a également annoncé que tous les "rassemblements de plus de 5 000 personnes" en milieu fermé seraient annulés. Le Salon de l'agriculture de Paris, qui figure parmi les plus grands événements commerciaux de France, a ainsi fermé ses portes samedi soir avec 24 heures d'avance et n'a pas connu la fréquentation habituelle. Le Mipim de Cannes, qui réunit les professionnels de l'immobilier du monde entier, est de son côté repoussé en juin.

L'interdiction "touche potentiellement des centaines de salles de spectacle, en France, de plus de 5 000 places, et donc des milliers d'événements culturels", s'est inquiété dans un communiqué le Prodiss (syndicat national du spectacle musical et de variété, qui regroupe les producteurs, diffuseurs, salles et festivals). Ce qui a été démontré dès dimanche : à l'AccorHotels Arena de Paris, la compétition de danse Juste Debout a été reportée, a annoncé la salle de spectacle sur les réseaux sociaux.

Le Paris Manga & Sci-Fi Show, qui devait ouvrir ses portes le week-end prochain au Parc des expositions de la porte de Versailles, a annoncé dimanche l'annulation de l'événement. A Nantes, le directeur du Zénith a également fait savoir que le concert de Gims prévu samedi 7 mars était annulé. Et il explique à Ouest-France qu'il redoute un durcissement des mesures, avec par exemple un abaissement du seuil des 5 000 personnes requis pour interdire un rassemblement en espace fermé.

Nous, on est au garde-à-vous. Si ce seuil n’évolue pas à la baisse dans les prochains jours, en fonction du nombre de cas de contaminations, on peut d’ores et déjà penser que cinq autres dates pourraient être annulées d’ici la fin du mois de mars.Denis Turmel, directeur du Zénith de Nantesà Ouest-France

Le cas du Louvre reste en suspens. Le musée, qui a reçu 9,6 millions de visiteurs sur l'ensemble de l'année 2019, est resté fermé dimanche en raison de "discussions" entre le personnel et la sur l'épidémie causée par le nouveau coronavirus. Un CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) exceptionnel se tiendra lundi, et on ignore encore si le musée rouvrira ou non.

Certains événements sportifs épargnés (mais pas tous)

Certaines rencontres sportives disputées en intérieur n'ont pas eu lieu. Le match du championnat de France de basket entre Villeurbanne et Monaco, prévu dimanche, a ainsi été reporté, tout comme la rencontre qui devait opposer, la veille, Strasbourg au Portel.

Mais d'autres événements sportifs se déroulant à l'air libre ont également dû être annulés "quand ils conduisent à des mélanges avec des populations issues de zones où le virus circule possiblement", a expliqué Olivier Véran. Le week-end a ainsi été amputé du semi-marathon de Paris qui aurait dû avoir lieu dimanche. Il devait rassembler 44 000 participants, et beaucoup de monde en plus sur les trottoirs. Quelques milliers de coureurs ont finalement chaussé les baskets pour une course non officielle de 21 km, comme le relate L'Equipe.

Pour le moment, les matchs de football de Ligue 1 ne sont pas remis en cause. "Il s'agit d'une compétition nationale, dans des lieux ouverts et donc non concernés par la restriction", ont précisé au Parisien les services de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

Sur ce dossier, la logique est de ne pas être brutal, et de privilégier le plus possible la concertation avec les maires.Yoann Toubhans, sous-préfet Nice-Montagne pour les Alpes-Maritimesà franceinfo

"J'ai par exemple été contacté par le maire de Breil-sur-Roya, qui souhaitait avoir mon avis sur le maintien d'un trail organisé sur sa commune. Il m'expliquait qu'il était possible que des participants viennent de zones où le virus circule, et était favorable à une annulation", détaille le sous-préfet Nice-Montagne pour les Alpes-Maritimes. "J'ai évoqué avec lui le principe de précaution, et nous sommes tombés d'accord pour interdire cet événement."

"L'idée, c'est vraiment de faire preuve de bon sens, conclut Yoann Toubhans. Si demain, un maire m'interroge sur l'opportunité de maintenir une kermesse dans une école de sa commune, je n'aurai aucune raison de plaider pour une annulation si l'évènement ne rassemble en extérieur que quelques dizaines de personnes originaires d'une zone qui n'est pas considérée comme problématique."

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• En images. Ces cartes montrent une chute spectaculaire de la pollution en Chine

• Décryptage. A quel point le virus est-il dangereux ? On a posé la question à des experts (et ils sont plutôt rassurants)

• Analyse. Ecoles, stades, concerts... Le casse-tête des fermetures et des annulations d’événements

• VIDEO. Coronavirus : les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Vous êtes à nouveau en ligne