Coronavirus : dans l'ombre des soignants

franceinfo

Femmes de ménage, techniciens... On les appelle les "petites mains" de l'hôpital, mais toutes ces professions sont essentielles aux côtés des blouses blanches.

Ce sont les visages discrets de l’hôpital. Julie fait le ménage, Yankhoba transporte les malades et Kada dépanne au quotidien. C’est dans l’hôpital Jacques Cartier de Massy (Essonne) que Julie Dos Santos répète les mêmes gestes depuis 7 heures du matin. Cette étudiante s’est portée volontaire pour venir renforcer l’équipe de nettoyage pendant la pandémie de coronavirus. Une trentaine d’agents désinfectent tous les jours l’établissement.

Des gestes anecdotiques mais si importants

Soigner le moral des patients, c’est un peu la tâche de Yankhoba Diaw. Il s’y applique depuis douze ans. Ce brancardier accompagne les malades jusqu’à l’imagerie médicale. Un patient touché par le Covid va passer un scanner pour surveiller son infection. Kada Diagouraga fait, lui, la navette entre le sous-sol et les étages. Il vient réparer une télécommande. Ces petits gestes pourtant anecdotiques sont importants pour certains patients. Ils sont 90 comme Julie, Yankhoba et Kada, à assurer le bon fonctionnement de leur hôpital au quotidien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne