Coronavirus : Christophe Castaner met en garde contre les départs en vacances pendant le confinement

Le hall de la gare de l\'Est, à Paris, le 30 mars 2020.
Le hall de la gare de l'Est, à Paris, le 30 mars 2020. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Le ministre de l'Intérieur a indiqué mardi que 359 000 verbalisations avaient été infligées depuis le début du confinement, le 17 mars.

"Très concrètement, on ne part pas en vacances pendant la période de confinement." Interrogé sur LCI mercredi 1er avril, Christophe Castaner a fermement rappelé que le début des vacances scolaires de printemps dans quelques jours ne serait pas synonyme de "grands départs", en raison du confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur le confinement et l’épidémie de Covid-19

Pour s'assurer que les Français concernés par le début vendredi soir des vacances scolaires de printemps, la zone C (Ile-de-France et Occitanie), le ministre de l'Intérieur a indiqué avoir renforcé les contrôles sur les grands axes routiers, mais aussi dans les aéroports et les gares où "l'offre ferroviaire est réduite à 6% de sa capacité".

Environ 5,8 millions de contrôles

"Tout abus sera sanctionné", a prévenu le ministre, qui a demandé aux préfets concernés de vérifier le niveau des locations saisonnières dans les zones touristiques. "Le confinement est une contrainte pour les familles, je le sais mais nous devons tenir."

Christophe Castaner a souligné que les forces de l'ordre avaient réalisé environ 5,8 millions de contrôles depuis le début du confinement le 17 mars, et dressé 359 000 procès-verbaux pour non-respect de ces mesures. "Quand nous contrôlons, ce n'est pas pour verbaliser mais garantir le confinement", explique-t-il.

Le locataire de la place Beauvau a rendu un hommage appuyé au travail des forces de sécurité intérieure, sans toutefois varier de la doctrine gouvernementale sur l'utilisation des masques, qui doivent aller en priorité aux soignants et que les policiers et gendarmes doivent mettre seulement en présence d'un cas symptomatique. Celle-ci est fortement décriée par les organisations syndicales des policiers.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. INFOGRAPHIES. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Eclairage. Traitements contre le Covid-19 : pourquoi les autorités de santé surveillent de près les effets indésirables liés au Plaquénil

• Portrait. Coronavirus : Jérôme Salomon, ce médecin dans l'ombre devenu le visage de la lutte contre le Covid-19

• Témoignages. "C'est une non-assistance à personne en danger" : le dernier espoir de traitement d'une Française devenu inaccessible en raison du confinement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Vous êtes à nouveau en ligne