Coronavirus : au premier jour du confinement, les Français profitent des dérogations

franceinfo

Sortir doit être l’exception. Le Premier ministre Edouard Philippe l’a confirmé mardi 17 mars à 20 heures sur France 2. Au premier jour du confinement à cause du coronavirus, comment est-il perçu ?

Beaucoup de Français ont respecté les consignes de confinement. La plupart de ceux aperçus à l’extérieur avaient de bonnes raisons d’y être. "Je suis obligée de venir travailler, car je fais partie des professions où notre présence est obligatoire", indique une employée de banque. Cette dernière est munie d’une attestation de déplacement dérogatoire. Ce document, téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur, est à remplir pour chaque sortie. Il couvre les voyages du domicile vers le lieu de travail ou l’inverse, les déplacements pour motif de santé et les sorties pour les achats de première nécessité. Les sorties pour motif familiaux impérieux sont également comprises. Enfin, les activités physiques sont tolérées, tant qu’il ne s’agit pas de sport collectif.

"Trop dur de rester longtemps à l’intérieur"

Il n’est donc plus possible de prendre un train sans motif valable. Avant l’instauration des contrôles mardi midi, les gares parisiennes sont pleines de voyageurs qui veulent quitter Paris. "40 mètres carrés pour deux, c’est trop dur de rester longtemps à l’intérieur", déplorent des parents avec un enfant en bas âge. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne