Coronavirus : au plus près des Français qui travaillent pendant le confinement

France 2

Avec le confinement, les violences familiales augmentent. Les personnes qui enquêtent et qui luttent contre ce phénomène doivent travailler malgré le coronavirus. Illustration à Etampes, en Essonne.

Les violences intra-familiales ont augmenté de 52% à l’échelle nationale. A Etampes (Essonne), habituellement, il y a 15 procédures pour des violences familiales par mois. Depuis le confinement, c’est 40. "Il y a les violences physiques, mais aussi psychologiques, économiques, sexuelles, administratives. Il y a encore les infractions comme le harcèlement, les menaces, les injures et toutes les violences aggravées", souligne l’adjudante Charline Fossé.

Plus d’exutoire

"Depuis le début de la crise sanitaire, l’augmentation vient du fait que les gens ne peuvent pas sortir de chez eux. Avec ce confinement, il n’y a pas d’exutoire possible pour les victimes comme pour les mis en cause", ajoute l’enquêtrice. Les victimes de violences conjugales peuvent appeler le 39 19 et les enfants maltraités le 119.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne