Coronavirus : Amazon arrête les commandes "moins prioritaires" en France et en Italie

Le logo d\'Amazon sur un centre du groupe à Bretigny-sur-Orge (Essonne), le 28 novembre 2019.
Le logo d'Amazon sur un centre du groupe à Bretigny-sur-Orge (Essonne), le 28 novembre 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

Ce sont les produits d'hygiène ou de base pour la maison qui auront la priorité, comme c'est déjà le cas aux Etats-Unis.

Amazon revoit sa politique en cette période de pandémie de nouveau coronavirus. Le géant américain a annoncé, samedi 21 mars, cesser de prendre des commandes jugées "moins prioritaires" sur ses sites français et italien. Objectif : se concentrer sur les produits les plus demandés. "Nous devons concentrer les capacités disponibles sur les articles les plus prioritaires et, à compter d'aujourd'hui, temporairement cesser de prendre des commandes sur certains produits moins prioritaires sur Amazon.fr et Amazon.it", a écrit le groupe dans un communiqué.

>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus

Priorité aux produits d'hygiène ou de base pour la maison

"Les employés de nos centres de distribution se concentreront sur la réception et l'expédition des produits dont les clients ont le plus besoin à l'heure actuelle", poursuit le spécialiste de la vente en ligne. Ce sont les produits d'hygiène ou de base pour la maison qui auront la priorité, comme c'est déjà le cas aux Etats-Unis. Cela s'applique seulement aux nouvelles commandes : celles qui ont déjà été passées seront honorées.

Cette nouvelle politique s'applique aux produits commandés directement auprès d'Amazon ou auprès des vendeurs tiers qui chargent Amazon de stocker et expédier les biens. D'autres vendeurs tiers ne passant pas par la logistique d'Amazon ne sont pas concernés. Le groupe souligne que "les clients peuvent continuer à commander un grand nombre de ces produits auprès de vendeurs tiers qui peuvent les leur expédier directement".

Le groupe pointé du doigt par ses salariés

Les employés d’entrepôt d'Amazon se mobilisent. Ils dénoncent des conditions de sécurité insuffisantes. Le leader mondial de la vente en ligne exerce sur eux des pressions "inacceptables", selon le ministre de l’Economie en refusant de payer les salariés qui souhaitent faire valoir leur droit de retrait.

Vendredi, dans les Bouches-du-Rhône, les salariés, sous-traitants d'Amazon, ont bloqué l'entrée d'un entrepôt pour demander la fermeture. "Il y a eu cinq cas de coronavirus déclarés dans le dépôt. On n'avait pas le matériel sanitaire nécessaire. Malgré les cas déclarés, on continue à travailler", a déploré une employée. Selon la direction, il n'y aurait aucun cas de Covid-19 sur le site, mais cela ne suffit pas à rassurer les livreurs, qui estiment ne pas être assez protégés.

Vous êtes à nouveau en ligne