Coronavirus : Agnès Buzyn a-t-elle lancé une alerte ignorée par le gouvernement ?

franceinfo

L’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn assure mardi 17 mars avoir prévenu l’exécutif de l’impossibilité d’organiser les municipales en pleine épidémie de coronavirus. Édouard Philippe lui a répondu mardi soir sur France 2.

Le 24 janvier, Agnès Buzyn était encore ministre de la Santé et se voulait rassurante concernant l’épidémie du coronavirus. "Les risques de propagation du virus dans la population sont très faibles", déclarait-elle. Un mois et demi plus tard, l’ancienne ministre assure dans un entretien au Monde : "Je pense que j’étais la première à voir ce qu’il se passait en Chine… Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein".

"Scandale sanitaire majeur"

Jean-Luc Mélenchon (LFI) réclame des explications. Marine Le Pen a parlé d'un "scandale sanitaire majeur". Dans la majorité, on oscille entre colère et indignation. Mardi soir sur France 2, Édouard Philippe lui a répondu : "Agnès Buzyn m'a dit fin janvier que si nous étions dans le pic épidémique au moment des élections municipales, alors il serait difficile de les organiser. Mais au moment où elle l'a dit, beaucoup de médecins pensaient que ce n'était pas une épidémie qui aurait cet impact". Agnès Buzyn a renvoyé deux communiqués de presse pour adoucir ses propos et précisé que "le gouvernement a été pleinement à la hauteur des défis pour affronter ce virus".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne