Coronavirus : à quoi correspond le stade 3 de l'épidémie annoncé par le directeur général de la Santé ?

Un chapiteau devant l\'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), le 13 mars 2020, avant de recevoir des patients suspectés d\'avoir contracté le Covid-19.
Un chapiteau devant l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), le 13 mars 2020, avant de recevoir des patients suspectés d'avoir contracté le Covid-19. (ESTELLE RUIZ / NURPHOTO / AFP)

Les autorités vont désormais chercher à atténuer les effets de la vague épidémique bien installée en France. Explications.

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé que la France était désormais au stade 3 de son plan de prévention contre le nouveau coronavirus, samedi 14 mars, lors de son point de situation au ministère de la Santé. Avec treize décès et 838 cas confirmés supplémentaires en 24 heures, la France compte désormais 4 500 cas confirmés de contamination par le nouveau coronavirus, dont 91 mortels.

>> Municipales 2020 : suivez la soirée du premier tour perturbé par le coronavirus

"Ce soir, nous avons un doublement du nombre de cas en 72 heures", a notamment insisté le directeur général de la Santé lors de son point de presse quotidien. Cette évolution, selon lui, donne une idée de la rapidité avec laquelle le virus se propage en France."Nous sommes face une épidémie débutante et rapide sur le territoire national, a-t-il notamment expliqué. Nous devons désormais tout faire pour retarder, pour ralentir, pour écrêter cette courbe épidémique."

Extrait du plan national de prévention et de lutte \"pandémie grippale\" publié en octobre 2011 par le gouvernement.
Extrait du plan national de prévention et de lutte "pandémie grippale" publié en octobre 2011 par le gouvernement. (GOUVERNEMENT.FR)

Un plan de prévention et de lutte "pandémie grippale" avait été mis en place en 2011, après l'épidémie de grippe H1N1. La phase 1 consiste à "freiner l'introduction du virus sur le territoire" et la phase 2 a pour objectif de "freiner la propagation du virus sur le territoire". Avec cette nouvelle étape, la France cherche désormais à "atténuer les effets de la vague épidémique". La surveillance individuelle des cas n'est plus la priorité mais il s'agit de mettre en place des mesures barrières et de réduire la charge sur le système de santé, en attendant un retour à la situation antérieure (phase 4).

Vers des renforts en personnels de santé

En plus des mesures prévues aux deux premiers stades, les autorités vont également chercher à mobiliser du "renfort en personnels de santé". "La saturation du système sanitaire peut intervenir très vite", prévient le document. En cas de saturation des moyens sanitaires, des priorités de traitement devront être appliquées. Les médecins de ville et infirmiers peuvent être amenés à prendre des malades pour soulager les hôpitaux. Seuls les cas les plus graves sont hospitalisés, les autres sont maintenus à domicile. 

>> VIDEO. Covid-19 : en quoi consiste le stade 3 ?

La continuité des missions de service public passe également par du "renfort en personnels dans les domaines non sanitaires" et une "montée en puissance de la gendarmerie nationale et de la police nationale". La solidarité nationale est mobilisée, notamment par le recours au bénévolat et aux associations.

Sur le plan social et économique, il est question de plans de continuité d'activité, de chômage partiel et de "solutions permettant d'assurer la continuité pédagogique" pour les élèves. Les autorités doivent surveiller les prix, s'assurer de la disponibilité des produits et garantir le maintien des secteurs d'activités d'importance vitale. De mesures avaient été déjà dévoilées les derniers jours sur l'enseignement à distance et les indemnisations des arrêts maladie, ce qui montre que la France se préparait déjà à ce niveau de l'épidémie depuis plusieurs jours.

Vous êtes à nouveau en ligne