Coronavirus : « A ce stade, il n’y a aucun problème de pénurie de médicaments » affirme Olivier Véran

Public Sénat

Deuxième séance des questions au gouvernement pour le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran. Interrogé sur la dépendance de la France liée à la fabrication des médicaments en Chine dans le contexte du coronavirus, il a annoncé qu’« à ce stade, il n’y a aucun problème de pénurie ».

Lors des questions au gouvernement ce mercredi, Loic Hervé, sénateur de Union Centriste a interrogé le nouveau ministre de la Santé Olivier Véran, sur la dépendance médicamenteuse de la France envers la Chine, au cœur de la pandémie du coronavirus.

Le successeur d’Agnès Busyn a d’abord tenu à rassurer en annonçant que la saisine de l’agence nationale de sécurité du médicament n’avait relevée « aucun problème de pénurie ou d’accès à des médicaments essentiels. Que cela soit dans la lutte contre le coronavirus ou pour la prise en charge de maladies aigues ou chroniques ».

Il a également confirmé que les pénuries de médicaments augmentent chaque année « en lien avec la déindustrialisation dans le domaine pharmaceutique pas seulement de la France, mais de l’Europe ».  

Olivier Véran a tenu à rappeler que plusieurs mesures ont déjà été adoptées par le Parlement : l’obligation d’un stock de médicaments d’intérêts thérapeutiques majeurs, équivalent à 4 mois, sur le territoire européen.

Des mesures insuffisantes qu’il souhaite approfondir dans les prochains mois.

Coronavirus : « J’ai multiplié par trois le nombre d’hôpitaux censés être capables d’accueillir des malades » annonce Olivier Véran

« 80 000 cas de coronavirus 3 000 décès » a déclaré Bernard Jomier, sénateur Socialiste et Républicain lors des questions au gouvernement. Il a demandé au ministre de la Santé des précisions sur la préparation des hôpitaux français et des maires face au coronavirus : « Quels moyens concrets leur sont alloués ? »

Lire la suite sur publicsenat.fr

Vous êtes à nouveau en ligne