VIDEO. Covid-19 : "Le déconfinement a été trop rapide", estime François Hollande

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

L'ancien chef de l'Etat affirme sur franceinfo qu'il faut "procéder par degrés, et ne pas déconfiner trop rapidement, y compris lorsque cette décision sera prise en cas d'un deuxième confinement."

"Le déconfinement a été trop rapide et la rentrée de septembre organisée de manière trop optimiste", a déclaré François Hollande, l'ancien président de la République, mercredi 28 octobre sur franceinfo, après avoir expliqué qu'il ne tombera pas "dans le travers de dire voilà ce qu'il aurait fallu faire". Selon lui, "il faut procéder par degrés, et ne pas déconfiner trop rapidement, y compris lorsque cette décision sera prise en cas d'un deuxième confinement."

>> Covid-19 : Plus de 43,5 millions de contaminations au virus dans le monde. Suivez notre direct

Alors qu'Emmanuel Macron doit annoncer de nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19, probablement un nouveau confinement, François Hollande lui conseille de "donner toujours une perspective", de "montrer qu'il y a une issue, et ne pas simplement subir les évènements et adapter les règlements à la gravité de l'épidémie."

Le pire pour les Français c'est le sentiment qu'on improvise au fur et à mesure de l'épidémie.

François Hollande

à franceinfo

Et il insiste : "S'il doit y avoir un confinement général, il faut expliquer pourquoi il est nécessaire, pourquoi il doit être respecté et vers quoi il doit aboutir, ce qui a peut-être manqué pour le premier confinement. Là, il faut dire si c'est quinze jours, c'est quinze jours, et on s'y tient et cela doit être relativement sévère. Si c'est plus long, il faut aussi le laisser entrevoir, et il faut montrer qu'il y a une solution."

"Les spécialistes, comme Jean-François Delfraisy, disaient, et il fallait les entendre 'le rebond va se produire, l'épidémie est encore sévère, peut-être même plus sévère qu'au printemps et vous devez prendre des décisions car sinon vous aurez le confinement'. A vouloir éviter le confinement, on a eu le confinement", analyse François Hollande.

François Hollande aurait "concentré les 20 milliards sur les secteurs les plus impactés par la crise"

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de lundi à mardi les milliards d'euros du plan de relance qui doit permettre à la France de rebondir face à la récession. "Je n’aurais pas consacré 20 milliards d’euros à une baisse d’impôts pour toutes les entreprises, les plus grandes comme les plus petites, et encore les plus petites n’auront pas grand-chose", a déclaré l'ancien président de la République.

"J'aurais concentré ces 20 milliards sur les secteurs qui sont aujourd’hui les plus impactés par la crise" pour "aider des secteurs qui sont en très grande difficulté : l’automobile, l’aéronautique, la mécanique, la culture, tout ce qui gravite autour de la restauration et de l’hôtellerie", a-t-il expliqué, sans poser "la question de la contrepartie". Il rappelle qu'il ne l'avait pas fait quand avait été décidé en 2012 le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi. "Il s’agissait en définitive de permettre aux entreprises qui créaient de l’emploi ou qui maintenaient leurs salariés dans l’entreprise, d’être aidées dans une période de crise par l’Etat. Je n’allais pas faire un contrôle sur pièce dans chaque entreprise."

Vous êtes à nouveau en ligne