VIDEO. Covid-19 : François Bayrou n'est pas favorable à un "confinement généralisé" comme au printemps

FRANCE INTER

Le haut-commissaire au Plan et président du MoDem était l'invité de France Inter mercredi matin. 

"Notre devoir est d'essayer d'éviter un reconfinement généralisé", a déclaré mercredi 28 octobre François Bayrou sur France Inter. Le haut-commissaire au Plan, président du MoDem et maire de Pau, s'est particulièrement préoccupé des lieux de travail et des écoles, alors que le chef de l'Etat doit annoncer de nouvelles mesures mercredi soir pour lutter contre le Covid-19. Selon les informations de franceinfo, le gouvernement penche pour un reconfinement national d'au moins quatre semaines

>>> Covid-19 : Avant l'allocution d'Emmanuel Macron à 20 heures, suivez notre direct 

Si les écoles et entreprises venaient à fermer, "c'est toute la vie du pays qui s'arrête et c'est évidemment un risque", a développé François Bayrou qui a précisé s'exprimer "à titre personnel". "C'est un risque qu'il faut éviter autant que possible, sans porter atteinte à l'action qui vise à bloquer l'épidémie, ou en tout cas la ralentir suffisamment pour qu'on puisse agir contre elle et soigner les malades qui sont les plus exposés. Si j'ai le choix, en tout cas, je ne me prononce pas pour un reconfinement généralisé", a poursuivi François Bayrou. 

Si on peut éviter de paralyser complètement le pays comme on au printemps, avec les conséquences que nous avons vécu, alors c'est mieux de garder des éléments de vie qui nous permettent de rester le plus près possible d'une vie normale ou en tout cas, d'une vie active.

François Bayrou

à franceinfo

"On ne peut pas se retrouver avec un blocage complet qui fasse que les parents, les familles se trouvent empêchés d'avoir une vie active", poursuit l'élu du Modem. En ce qui concerne l'éducation, "on devrait pouvoir aménager, peut-être faire des demi-groupes dans certaines classes". Pour François Bayrou, enseignement primaire et secondaire forment un "bloc". 

Le maire de Pau a estimé "à titre personnel", qu'il y avait "peut-être beaucoup de commerces dans une situation où l'épidémie peut se transmettre". Le président du MoDem ne s'est pas prononcé sur l'ouverture des bars et restaurants, mais a rappelé que "tous les pays européens ont décidé de les fermer." 

Le pays "mieux préparé qu'au printemps" 

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé que novembre serait "éprouvant", François Bayrou a répondu qu'il était "important de faire preuve de sang froid et de bon sens. Il s'agit de préserver des vies et de préserver en même temps la vie de la nation. Si on peut faire preuve d'un minimum de calme sur cette situation difficile." Le proche d'Emmanuel Macron a tenté de se montrer rassurant, "pour faire face à une situation qui s'impose à tous les pays du monde et dont personne n'est responsable. Donc cette responsabilité, on va l'assumer et on va s'en sortir." 

François Bayrou a trouvé le pays "mieux préparé qu'au printemps". "Les équipes médicales savent mieux prendre en charge la maladie. Les molécules pharmaceutiques et les équipements comme les respirateurs sont garantis. Si nous pouvions nous dispenser de dire que nous n'avons tiré aucun enseignement de tout ça parce que ce n'est pas vrai."  

Vous êtes à nouveau en ligne