Tourisme : les croisières lèvent l'ancre

Ils ont été fortement touchés par l'épidémie, parfois piégés en mer. Les bateaux de croisière sont restés immobiles de longues semaines, mais certains d'entre eux larguent à nouveau les amarres. Les circuits et le nombre de passagers ont toutefois été limités.

Le jour se lève. Après sa première nuit de navigation, "l'Austral" arrive aux portes de la Camargue. Une renaissance pour ce bateau qui n'avait pas pris la mer depuis 4 mois. Hier soir (samedi 11 juillet), il a quitté le port de Marseille pour une croisière d'une semaine, autorisée sur les eaux françaises uniquement. "C'est de la folie. Franchement, c'est magnifique", s'enthousiasme une croisiériste émerveillée. 

Un protocole sanitaire très strict

Avant d'embarquer, les 50 passagers -au lieu des 200 habituels- ont été soumis à un protocole sanitaire très strict. Le port du masque, notamment, est obligatoire. Les croisiéristes doivent également présenter un test de dépistage réalisé 48 heures avant d'embarquer.  Ils se soumettent à une prise de température, et leurs bagages sont désinfectés. Pour préserver la santé des passagers, la compagnie a investi 10 000 euros dans un laboratoire Covid, installé dans l'hôpital de bord. "En cas de suspicion, il nous faut 20 minutes pour avoir un résultat avec la machine", explique Caroline Rocher, infirmière sur le navire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne